Syrie : « Les Américains ont peur de la menace de riposte russe, ils ont peur de combattre une véritable armée » (Ex-chef du renseignement israélien)

0
10198

BREIZATAO – ETREBROADEL (12/04/2018) Intervenant à la télévision russe sur la raison pour laquelle les USA hésitent à attaquer la Syrie, Yakov Kedmi, ancien responsable de l’agence de renseignement israélien « Nativ », a donné son point de vue.

« Les Américains sont inquiets en raison des avions russes en Syrie et des sous-marins qui ne sont pas très loin des destroyers US qui frapperaient. Parce que le chef de l’état-major général a averti les Américains concrètement. Il a dit, « nous abattrons vos missiles », ce qui est une chose. Mais il a également dit, « nous coulerons les destroyers qui les ont lancé ». Et les Américains l’ont pris au sérieux.
Tous les membres des forces armées américaines ont des médailles partout, ils sont presque comme les Nord-Coréens. Ont-ils jamais combattu une véritable armée ? Qui ont-ils combattu ? Les Afghans ? L’armée irakienne ? Ce n’est pas une armée. Les Américains savent que les Russes sont de grands soldats, surtout la Marine. Ils connaissent la différence entre combattre une unité de semi-guérilla ou des armées d’arabes, la différence entre l’armée afghane et l’armée russe. C’est pourquoi ils prennent tellement au sérieux la réaction russe.
Comme tout président, Trump est prudent, mais seulement dans ses actions. Il dit ce qu’il veut, c’est un politicien. Comme tout politicien, il ne s’aventurera jamais dans une opération qui ne finira pas bien pour lui. L’armée américaine ne commence jamais une opération si elle n’est pas sûre à 100% ou à 200% qu’elle soit un succès. Donc Trump prend cela en considération et il est briefé par ses amiraux. Que se passerait-il si les destroyers américains qui ont lancé les missiles sont détruits dans les cinq minutes ? Quoi ensuite ? Ce serait une victoire pour lui ? Les chances pour que cela se produisent sont très élevées parce que cela a été dit par le Chef de l’état-major général des forces armées russes.
SHARE