BREIZATAO – ETREBROADEL (16/04/2018) Des attaques ont été lancées samedi contre un complexe de la mission de l’Onu et une base de l’armée française à Tombouctou.

Des tirs de roquettes, des assaillants déguisés en Casques bleus montés à bord de véhicules piégés, des échanges de coups de feu: les camps de la mission onusienne Minusma et de la force française Barkhane à Tombouctou ont été la cible, samedi, d’une attaque qui a fait au moins un mort et une vingtaine de blessés. Parmi eux, au moins sept soldats français, selon les informations du Figaro. Tous ont été hospitalisés à Gao.

L’assaut s’est produit peu après 14h (16h en France) sur le site aéroportuaire de cette ville du nord du Mali.

Alors que les deux camps essuyaient une «dizaine de tirs de roquettes», des hommes portant des casques bleus ont tenté de «s’infiltrer» dans la zone militaire à bord de deux véhicules piégés, a précisé dans un communiqué le ministère malien de la Sécurité. L’un des véhicules portait les couleurs des Forces armées maliennes (FAMAS) et l’autre le sigle «UN» des Nations unies. Le premier «a explosé», tandis que le second «a pu être immobilisé».

«Les combats ont pris fin vers 18h30 (heure locale)», soit plus de quatre heures après leur début, selon le ministère. Bamako et la Minusma ont rapidement assuré que la situation était à nouveau «sous contrôle».

«Cette attaque sournoise a été contrée, l’objectif de provoquer le plus de dégâts possible a échoué», a dit le porte-parole de l’état-major français, le colonel Patrik Steiger. Selon lui, «au moins une quinzaine (d’assaillants) ont été tués», dont certains à l’extérieur de l’enceinte du camp.

(Source : Le Figaro)

SHARE