Folklore pour ploucs : le concours « régional » du gâteau breton à Quimper

0
1431

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (01/06/2018) La Bretagne folklorique, peuplée d’éléments dégénérés et châtrés incapables de s’assumer en tant que peuple distinct et indépendant, est riche de manifestations dégradantes et fleurant bon le plouc. Parmi elles, le concours « régional » du gâteau breton.

Le journal des arrières « Le Télégramme » n’a pu résister à l’envie d’étaler ce numéro de cirque (source) :

La dixième édition du concours régional du meilleur gâteau breton se déroulera le 7 juin prochain, dans les locaux de la chambre de métiers et de l’artisanat du Finistère, à Quimper. Ce concours est organisé par la Fédération régionale des pâtissiers de Bretagne, en partenariat avec la chambre régionale de métiers de Bretagne. « Il était important de positionner ce concours dans le berceau historique », explique la fédération, le produit étant essentiellement fabriqué et consommé en Sud Bretagne ». Les professions concernées sont les artisans boulangers pâtissiers chocolatiers, confiseurs glaciers des quatre départements bretons.

Le terme « régional » vise à ravaler la Bretagne à une simple périphérie d’un tout plus large, en l’occurrence la France.

Ainsi donc, même lorsqu’il s’agit de pâtisseries exclusivement bretonnes et consommées en Bretagne, un concours se qualifie de « régional » comme si quelque chose d’équivalent existait en Franche-Comté ou en Guyane.

Dans le même registre colonial à caractère fransquillon, le concours « régional » de Gouren, la lutte bretonne, qui n’est bien sûr pratiquée sérieusement qu’en Bretagne. Peu importe, jamais, à la différence du Pays de Galles ou de l’Ecosse qui affirment leur caractère national, les cadres de la fédération de Gouren n’ont pas les attributs masculins (comprendre les couilles)  de s’affirmer pour ce qu’ils sont.

Domestiques un jour, domestiques toujours !

Le fatras régionaliste est à enterrer. Il n’est qu’une mauvaise blague au service de la putasserie cosmopolite parisienne.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here