BREIZATAO – NEVEZINTIOU (02/08/2018) Dans la nuit du 31 juillet, à 1 h 05 du matin, un homme de 39 ans, est interpellé rue Saint-Catherine à Dieppe (Seine-Maritime).

L’interpellation se passe mal et les insultes et les menaces pleuvent sur les agents de police. Le prévenu répète à plusieurs reprises les termes Allahu Akbar suivi de menaces de mort comme « Si j’avais été dans mon quartier à Lille, je vous aurais tués. »

À la barre, jugé par le tribunal de Dieppe ce mercredi 1er août dans le cadre d’une comparution immédiate, le prévenu dit ne pas se souvenir de tout.

« Je n’ai pas aimé la façon dont la police m’a parlé. Je me souviens des insultes mais pas des menaces d’égorgement. »

Mais il aggrave son cas au cours des débats.

« Si j’avais voulu les égorger, je l’aurais fait. Cela ne m’aurait pas dérangé d’égorger un flic.« 

À son casier judiciaire, 34 condamnations, la première date de 2004. En additionnant toutes ses peines, le prévenu a déjà passé dix ans de sa vie en prison.

Le prévenu sera finalement reconnu coupable de tous les chefs d’accusation à savoir notamment vol, détention de stupéfiants, outrages, menaces, usurpation d’identité et donc d’apologie du terrorisme.

Il écope de 20 mois de prison ferme avec mandat de dépôt. À sa demande, il effectuera sa peine à Amiens (Picardie) afin d’être près de sa femme et de son fils.

Source : Actu.fr

SHARE