Brest : un migrant clandestin musulman coupable de l’égorgement sauvage de plusieurs moutons en centre-ville

0
9884

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (04/09/2018) Les épisodes de sauvagerie afro-musulmane s’enchaînent dans les villes bretonnes. Le gouvernement français, loin de prendre des mesures, appuie de son consentement tacite le lent pourrissement culturel qui découle de l’immigration du tiers-monde qu’il planifie.

A Brest, des migrants clandestins dits « mineurs » peuvent ainsi agir en toute impunité sans jamais être déportés vers leur pays d’origine. Dernier cas en date, des moutons égorgés en pleine ville par des migrants musulmans.

Ouest-France (source) :

Un mineur étranger isolé a été placé en garde à vue. Les images retrouvées dans son téléphone portable l’accablent. Il a d’abord nié les faits avant de les reconnaître.
Le 22 août, un mouton égorgé et dépecé est retrouvé suspendu à un arbre, dans le parc d’Éole, dans le quartier de Saint-Pierre, à Brest. Deux jours plus tard, ce sont deux nouvelles carcasses de moutons qui sont retrouvées.
Ce week-end, un mineur étranger a finalement été placé en garde à vue. Il a été interpellé dans le cadre d’une affaire distincte, relative à un trafic de stupéfiants.
Samedi soir, les policiers le surprennent alors qu’il se débarrasse d’un sachet de cocaïne, au niveau de l’arrêt de tram MacOrlan, sur la rive droite. Il nie le trafic que les policiers lui reprochent et assure ne disposer de drogue que pour sa consommation personnelle.
Mais l’analyse de son téléphone portable n’échappe pas aux policiers. « Il y avait, dans son téléphone, des photos de lui en train de dépecer un mouton », explique-t-on du côté du commissariat.
Une preuve criante ? Pas pour le principal mis en cause, qui continue de nier les faits au cours de sa garde à vue… Avant de finir par les reconnaître. Les moutons ? Plusieurs personnes se seraient cotisées pour les acheter « à une quinzaine de kilomètres de Brest ». Ils sont d’ailleurs huit à figurer sur la vidéo du téléphone.
Le parquet décide de poursuivre le jeune homme de 17 ans pour la détention de cocaïne et pour le mauvais traitement envers des animaux. Il est convoqué le 18 octobre devant le juge des enfants. D’autres personnes pourraient être impliquées dans l’affaire.

Dirigée par François Cuillandre (Parti Socialiste), la ville de Brest a suivi la trajectoire des autres villes bretonnes tenues par la gauche socialiste : africanisation raciale, tiers-mondisation culturelle, explosion du crime, islamisation rapide de quartiers entiers.

Après les émeutes raciales récentes de Naoned (Nantes), Brest a également connu plusieurs jours de violences dans les enclaves afro-islamiques de la ville (voir ici). Sans aucun commentaire de la municipalité ni, bien sûr, du gouvernement français.

SHARE