La France exige que la Chine cesse de lutter contre les islamistes radicaux au nom « de la liberté religieuse »

0
27882

BREIZATAO – ETREBROADEL (08/11/2018) Le gouvernement français a décidé de se faire un ennemi supplémentaire sur la scène internationale. Après être dans une logique de confrontation contre les USA sous la présidence Trump, le Brésil depuis l’élection de Jair Bolsonaro, la Hongrie de Viktor Orban ou l’Italie de Matteo Salvini sans oublier la Pologne, la France a désigné un nouvel état à attaquer pour son nationalisme et son refus de l’islam : la Chine.

Le Figaro (source)

Pendant toute la matinée, la délégation officielle chinoise, dirigée par le vice-ministre des Affaires étrangères, Le Yucheng, a été mise sur le gril dans le cadre de l’Examen périodique universel (EPU), qui rend compte tous les cinq ans des éventuelles violations des droits de l’homme dans chaque État membre des Nations unies. Le cas de la Chine était passé en revue mardi.
En réponse, la Chine, par la voix de Le Yucheng, a fustigé «des accusations politiques venant de quelques pays pleins de préjugés». La délégation chinoise a repris l’argumentation développée récemment par le régime communiste, selon laquelle les mesures de sécurité prises au Xinjiang sont indispensables pour garantir la stabilité de la région, qui a connu ces dernières années des attentats attribués par Pékin à des séparatistes ou extrémistes ouïgours. Le Yucheng a ainsi réaffirmé que la mise en place de ces «centres éducatifs», constituait une «mesure préventive pour combattre le terrorisme». Mais Pékin a assuré que les libertés des 55 minorités ethniques du pays étaient préservées.
L’ambassadeur de France, François Rivasseau, a pour sa part demandé à Pékin de «mettre un terme à ses internements massifs dans des camps», «d’inviter la Haut commissaire aux droits de l’homme» de l’ONU, Michelle Bachelet, afin qu’elle puisse observer la situation sur place et de «garantir la liberté religieuse», notamment au Xinjiang et au Tibet.

L’ambition de la France, qui se résume de plus en plus à être la caisse de résonance du monde afro-islamique, est peut-être passablement excessive face à la prochaine première puissance économique du monde.

SHARE