Les dépôts pétroliers de Brest et Lorient bloqués par la rébellion anti-fiscale

0
1104

BREIZATAO – POLITIKEREZH (28/11/2018) La rébellion antifiscale bretonne a mis en place le blocage des dépôts pétroliers de Brest et An Oriant (Lorient).

Tout d’abord, An Oriant (Lorient).

AFP (source) :

Des indépendants des travaux publics et entrepreneurs agricoles, rejoints par des « gilets jaunes », bloquaient mercredi les accès au dépôt pétrolier de Lorient (Morbihan), pour protester contre « la suppression du gazole non routier », (GNR) prévue au 1er janvier.
Une « vingtaine d’engins de chantier, camions-bennes et pelles mécaniques bloquent depuis mardi soir, 20H00, les entrées et sorties du dépôt pétrolier, empêchant les camions-citernes de passer », a expliqué à l’AFP Marc Lhonoré, directeur général du dépôt pétrolier de Lorient.
Les manifestants, « majoritairement des entreprises de travaux publics (…) laissent passer les véhicules légers, mais aucun des camions-citernes qui devaient quitter le dépôt ou y entrer depuis ce matin n’a pu circuler », a-t-il ajouté.
Contactée par l’AFP, la préfecture du Morbihan a confirmé que le blocage du dépôt pétrolier était toujours en cours.
« Nous avons commencé à bloquer hier soir avec une quinzaine d’entreprises et sommes une trentaine d’entreprises représentées aujourd’hui, contre la suppression du GNR », a indiqué à l’AFP Norbert Guillou, gérant des entreprises TPSL et Aspi TP, « en grève depuis 11 jours ».
« Jusqu’à présent, on travaillait avec du GNR, un carburant coloré rouge, qui nous coûtait un euro le litre. A partir du 1er janvier, le GNR sera interdit pour les entreprises de travaux publics, et la loi nous obligera à utiliser du gazole blanc, à 1,50 euro de litre. Cela représente une dépense supplémentaire de 600.000 euros, soit 10% de mon chiffre d’affaires », a-t-il expliqué.

Et ce soir, le dépôt pétrolier de Brest.

La rébellion antifiscale hexagonale prolonge, en Bretagne, la révolte des Bonnets Rouges de 2013-2014.

 

SHARE