Finistère : La socialiste afro-musulmane Marie Gueye finance l’implantation de migrants avec l’argent du contribuable breton

0
1739
Loading...

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (01/02/2019) Marie Gueye, immigrée afro-musulmane recrutée par le Parti Socialiste après avoir échoué à Brest, ne perd pas de temps.

Artificiellement propulsée au Conseil Département du Finistère par le chancre socialiste Pierre Maille, la sénégalaise est désormais frénétiquement occupée à dépenser l’argent des travailleurs bretons dans l’accroissement illimité de l’invasion islamo-subsaharienne en Bretagne.

La presse socialiste couvre, avec enthousiasme, le travail de sape de celle qui s’est engagée dans une guerre raciale à outrance contre le peuple breton.

Le Télégramme (source) :

Le Conseil départemental et l’association Jeunesse entreprise du Finistère (AJE29) ont mis en valeur, lundi, les filières professionnelles en distinguant des parcours émérites. Souleyman Diallo, 18 ans, et Mory Cissé, 19 ans, migrants arrivés vers l’âge de 15 ans dans notre département, font partie des lauréats. Portraits croisés.
Parmi les 45 élèves récompensés par le Conseil départemental du Finistère lundi, deux d’entre eux avaient tout particulièrement des étoiles dans les yeux. Il faut dire que ces jeunes hommes reviennent de loin. Souleyman Diallo et Mory Cissé sont nés à Conakry en Guinée et, tandis que d’autres de leur âge prennent quotidiennement le chemin du collège, ils décident d’entreprendre un long voyage parsemé d’embûches vers la France, eldorado à leurs yeux d’enfants, pour y apprendre un métier. Cuisinier pour Souleyman et boucher pour Mory. Ce dernier a même été récompensé du titre de meilleur apprenti boucher du Finistère en 2018.
Si le voyage de Souleyman n’est pas passé par la terrible case Libye, il n’en a pas été moins traumatisant. Dès son évocation, la gorge se noue, les yeux s’embrument. « Je préfère parler du présent et de l’avenir », dit-il, un éclatant sourire reprenant vite le pas sur la tristesse. « Bien sûr que mon pays me manque mais si j’étais resté là-bas, je serais mort. Maintenant je suis breton, je suis dans le Penn ar bed ».
La suite est glorieuse tant pour eux que pour les institutions du département. Diplômés d’un CAP (cuisine pour Souleyman et boucher pour Mory), munis d’un titre de séjour en règle et d’un contrat à durée indéterminée (au centre E. Leclerc de Fouesnant pour Mory et au restaurant Chez Chouchou à Quimperlé pour Souleyman), ils peuvent maintenant sourire à la vie. Cela grâce au système éducatif de notre pays et à la bienveillance des bénévoles des associations d’accueil des mineurs non accompagnés de la région de Quimper qu’ils souhaitent remercier chaleureusement, mais aussi surtout, grâce à leur travail, leur assiduité, leur sérieux et leur foi en un avenir meilleur.

Tout ce fatras ethnique, avant-garde de l’énorme masse de colons musulmans qui se ruent sur l’Europe pour y pulluler ignoblement avec la complicité de l’éternel carré d’idiots utiles rouges, coûtera bien évidemment une fortune à la population bretonne, cyniquement placée devant le fait accompli.

Nous voyons comme cette engeance se donne la main par pure solidarité raciale et islamique tandis que des renégats séniles de l’appareil politico-médiatique les érigent en improbables héros. Les héros de l’invasion.

Tout cela avec l’argent volé au peuple breton dans le but de le détruire.

Face à l’apocalypse raciale et religieuse qui arrivera fatalement en Bretagne et en Europe sous le torrent de l’invasion, chaque Breton doit retenir les culpabilités avec exactitude.

La machine anti-blanche et immigrationniste qui administre la Bretagne est au bord de la rupture. Il faut être prêt.

Loading...
SHARE