Aet eo Guillaume Faye d’an anaon !

0
743
Loading...

BREIZATAO – POLITIKEREZH (07/03/2019) Guillaume Faye a rejoint le Sid après avoir été vaincu par la maladie. Nombre de nationalistes bretons le connaissent. Guillaume avait ainsi participé au congrès d’ Adsav ! en 2005 lors duquel il s’était adressé aux Bretons réunis.

Guillaume Faye était accompagné du fédéraliste breton Yann-Ber Tillenon lors de ses visites en Bretagne. A ce titre, il était un habitué de Kervreizh, dans l’ancien quartier breton de Montparnasse.

Guillaume Faye à Kervreizh aux côtés de Yann-Ber Tillenon

Les écrits de Guillaume Faye ont progressivement traversé les frontières pour rejoindre notamment l’autre rive de l’Atlantique où il donnait parfois des conférences.

Guillaume Faye, Washington, 2016

Pour évoquer l’influence de Guillaume Faye sur la Nouvelle Droite, nous allons citer l’intellectuel belge Robert Steuckers, également membre influent de la Nouvelle Droite, au sujet de cet intellectuel non-conformiste, volontiers facétieux.

Guillaume Faye a été véritablement le moteur du GRECE, la principale organisation de la “Nouvelle Droite” en France au début des années 80. Porté par un dynamisme inouï, une fougue inégalée dans ce milieu, une vitalité débordante et un discours fait de fulgurances étonnantes et séduisantes, Guillaume Faye —comme il aimait à le dire lui-même— avait été fort marqué par la lecture des textes situationnistes de l’école de Guy Debord. En simplifiant outrancièrement, ou en voulant résumer le noyau essentiel/existentiel de sa démarche, nous pourrions dire qu’il dénonçait l’enlisement idéologique d’après 68, celui des Seventies et de l’ère giscardienne en France, qu’il le percevait comme un “spectacle” stupide, morne, sans relief. Faye est un homme qui entre en scène, quasi seul, entre la sortie des soixante-huitards et l’entrée des yuppies reaganiens.

Dans le numéro 2 de la revue éléments, qui fut et reste le moniteur du plus ancien cénacle de la “Nouvelle Droite” en France, regroupé autour de l’inamovible Alain de Benoist, on voit une photo du jeune Faye, âgé de 23 ans, au temps où il travaillait à l’Université dans le “Cercle Vilfredo Pareto”. Dans son ouvrage scientifique Sur la Nouvelle Droite, Pierre-André Taguieff esquisse un bref historique de ce “Cercle Vilfredo Pareto” (p.183), dirigé par Jean-Yves Le Gallou, aujourd’hui député européen du Front National de Jean-Marie Le Pen. En 1970, le GRECE met sur pied son “Unité Régionale Paris-Ile-de-France” (URPIF), dont le “Cercle Vilfredo Pareto” est l’antenne au sein de l’“Institut d’Etudes Politique” (IEP) de Paris. Faye, ajoute Taguieff (op. cit., p.205), a animé ce Cercle Pareto de 1971 à 1973. C’est son premier engagement: Faye est donc d’emblée un homme neuf, qui n’est rattaché à aucun rameau de la droite française conventionnelle. Il n’a pas d’attaches dans les milieux vichystes et collaborationnistes, ni dans ceux de l’OAS, ni dans la mouvance “catholique-traditionaliste”. Il n’est pas un nationaliste proprement dit; il est un disciple de Julien Freund, de Carl Schmitt (dont il parlait déjà avec simplicité, concision et justesse dans les colonnes des Cahiers du Cercle Vilfredo Pareto), de François Perroux, etc. On pourrait dire, si ce langage avait un sens en ultime instance, que Faye est, à l’intérieur même du GRECE, le représentant d’une “droite” au-delà des factions, d’une “droite régalienne”, qui pose sur tous les événements un regard souverain et détaché mais non dépourvu de fougue et de volonté “plastique”, qui trie en quelque sorte le bon grain de l’ivraie, le politique de l’impolitique.

Ceux qui l’ont fréquenté, ou qui ont été ses collègues comme moi, savent qu’il se moquait sans cesse des travers de ces droites parisiennes, des attitudes guindées, des querelles de prestige de ceux qui affirmaient sans rire et avec beaucoup d’arrogance quelques idées simplistes —parfois des nazisteries d’une incommensurable débilité, calquée sur celles des comic strips américains—, simplismes évidemment détachés de tout contexte historique et incapables de se mouler sur le réel. Qui se moquait aussi, non sans malice, de ceux qui, dans notre monde où se bousculent beaucoup de psychopathes, se composaient un personnage “sublime” (et souvent costaud, “supermaniste”) qui ne correspondait pas du tout à leur médiocrité réelle, parfois criante. Face aux nostalgies de tous ordres, Faye aimait à dire qu’il était “réalitaire et acceptant” et que seule cette attitude était fructueuse à long terme. En effet, dès que le développement de la Nouvelle Droite, en tant que réseau de travail métapolitique, ou un engagement politique concret au RPR, au FN ou dans des groupes nationaux-révolutionnaires exigeait de la rigueur et de l’endurance, les mythomanes “supermanistes” disparaissaient comme neige au soleil, ou se recyclaient dans des groupuscules ténus où la mascarade et les psychodrames étaient sans discontinuer à l’ordre du jour.

Faye a produit son œuvre dans un milieu qui n’était pas le sien, qui ne se reconnaissait pas entièrement —ou même pas du tout— dans ce qu’il écrivait. Il donnait l’impression de flanquer à répétition de grands coups de pied dans la fourmilière, de chercher à choquer, espérant, par cette maïeutique polissonne, faire éclore une “droite” véritablement nouvelle, qui ne se contenterait pas de camoufler hâtivement son vichysme, son nationalisme colonialiste, son nazisme pariso-salonnard, ses pures ambitions matérielles ou son militarisme caricatural par quelques références savantes. Faye incarnait finalement seul la “Nouvelle Droite” parce qu’il n’avait jamais été autre chose. Presque tous ceux qui l’ont entouré dans son passage au GRECE et profité de son charisme, de son énergie, de son travail rapide et toujours pertinent, de la fulgurance de son intelligence, l’ont considéré finalement comme un étranger, un “petit nouveau” qu’on ne mettait pas dans les confidences, que l’on écartait des centres de commandement réels du mouvement, où quelques “anciens” prenaient des décisions sans appel. Faye était d’emblée dégagé de la cangue des “droites”, ses associés —et surtout ceux qui le payaient (très mal)— ne l’étaient pas.

Naïf et soucieux d’abattre le maximum de travail, Faye ne s’est jamais fort préoccupé de ces méchantes intrigues de coulisses; pour lui, ce qui importait, c’était que des textes paraissent, que livres et brochures se répandent dans le public. Au bout du compte, il s’apercevra trop tard de la nuisance de cette opacité, permettant toutes les manipulations et tous les louvoiements —opacité qui affaiblissait et handicapait le mouvement auquel il a donné les meilleures années de sa vie— et finira victime des comploteurs en coulisse, sans avoir pu patiemment construire un appareil alternatif. Faye a bel et bien été victime de sa confiance, de sa naïveté et de sa non-appartenance à un réseau bien précis de la “vieille droite”, qui, dans le fond, ne voulait pas se renouveler et prendre le monde et la vie à bras le corps. Illusions, fantasmes, copinages et intrigues parisiennes prenaient sans cesse le pas sur la pertinence idéologique du discours, sur le travail d’élargissement et d’approfondissement du mouvement.

Au moment où la “Nouvelle Droite” surgit sous les feux de la rampe après la campagne de presse de l’été 1979, Faye se porte volontaire pour effectuer non-stop un “tour de France” des unités régionales du GRECE qui jaillissent partout spontanément. Grâce à son engagement personnel, à sa présence, à son verbe qui cravachait les volontés, il fait du GRECE une véritable communauté où se côtoient des “anciens” (venus de tous les horizons de la “droite”, catholiques intégristes et modérés exceptés) et des “nouveaux”, souvent des étudiants, qui saisissent et acceptent instinctivement la nouveauté de son discours, les choses essentielles qu’il véhicule. Faye, très attentif aux analyses sociologiques qui investiguent les modes, scrutent les mœurs, captent les ferments de contestation dès leur éclosion, devient tout naturellement l’idole des jeunes non-conformistes de la “droite” française —auxquels se joignent quelques soixante-huitards différentialistes (inspirés par Robert Jaulin, Henri Lefebvre, Michel Maffesoli, les défenseurs du Tiers-Monde contre l’“homologation” capitaliste-occidentale) et d’anciens situationnistes— qui rejettent les conventions sociales classiques (comme la religion), sans pour autant accepter les mièvreries de l’idéologie implicite des baba-cools de 68, matrice du conformisme que nous subissons aujourd’hui.

Si les lecteurs de Marcuse avaient parié pour une sorte d’épiméthéisme soft, d’érotisme orphique comme socle d’une anti-civilisation quasi paradisiaque, pour une contestation douce et démissionnaire, pour une négation permanente de toutes les institutions impliquant un quelconque “tu dois”, Faye, fusionnant contestation et affirmation, rejettant comme vaines, impolitiques et démissionnaires toutes les négations à la Marcuse, lançait un pari pour un prométhéisme hard, pour un érotisme goliard qui ponctuellement libère, en déployant une saine joie, ses adeptes des âpres tensions de l’action permanente, pour une affirmation permanente et impavide de devoirs et d’institutions nouvelles mais non considérées comme définitives. Marcuse et Faye contestent tous deux la société figée et les hiérarchies vieillottes des années 50 et 60, mais Marcuse tente une sortie définitive hors de l’histoire (qui a produit ces hiérarchies figées) tandis que Faye veut un retour à l’effervescence de l’histoire, croit à la trame conflictuelle et tragique de la vie (comme ses maîtres Freund, Monnerot et Maffesoli). Marcuse est démobilisateur (en croyant ainsi être anti-totalitaire), Faye est hyper-mobilisateur (pour échapper au totalitarisme soft qui étouffe les âmes et les peuples par extension illimitée de son moralisme morigéna­teur, tout comme le hiérarchisme abrutissant des conventions d’avant 68 étouffait, lui aussi, les spon­tanéités créatrices).

Cette vision à la fois contestatrice et affirmatrice sera donc véhiculée de ville en ville pendant plusieurs années, de 1979 à 1984, espace-temps où le GRECE a atteint son apogée, sous la direction d’Alain de Benoist, certes, mais surtout grâce au charisme de Guillaume Faye. Celui-ci marque de son sceau la revue éléments, déterminant les thèmes et les abordant avec une fougue et un à-propos qui ne sont jamais plus revenus après son départ. Faye parti, puis, à sa suite Vial et Mabire (qui sont pourtant des hommes très différents de lui), éléments se met littéralement à vasouiller; la revue perd son “trognon” et devient l’arène où s’esbaudissent très jeunes polygraphes, médiocres paraphraseurs et incorrigibles compilateurs, faux germanistes et faux philosophes, faux gauchistes et faux néo-fascistes, gribouilleurs d’éphémérides et esthètes falots. Et surtout quelques beaux échantillons de “têtes-à-claques” du seizième arrondissement. Faye lançait en effet quantités de thématiques nouvelles, généralement ignorées dans les rangs de la “droite la plus bête du monde”. Sur l’héritage initial de Science-Po et du Cercle Pareto, Faye —qui a un contact très facile avec les universitaires au contraire d’Alain de Benoist— greffe de la nouveauté, introduit sa propre interprétation de l’“agir communicationnel” de Habermas, des thèses des néo-conservateurs américains et de la sociologie anti-narcissique de Christopher Lash.

Ensuite, rompant résolument avec l’“occidentalisme” des droites, Faye amorce, dans éléments n°32, une critique de la civilisation occidentale, nouant ou renouant avec l’anti-occidentalisme des Allemands nationalistes ou conservateurs de l’époque de Weimar (Spengler, Niekisch, Sombart, etc.), avec les thèses en ethnologie qui stigmati­saient les “ethnocides” en marge de la civilisation techno-messianique de l’Occident (Robert Jaulin), et avec le Manifeste différentialiste de Henri Lefèbvre (ex-théoricien du PCF et ancien disciple du surréaliste André Breton). L’occidentalisme, héritier d’une conception figée, fixiste, immobiliste, humanitariste, répétitive, psittaciste des Lumières, est une cangue, dont il faut se libérer; est un frein à l’“agir communicationnel” (dont rêvait le jeune Habermas mais que Faye et ses vrais amis voudront restituer dans leur logique communautaire, identitaire et enracinée); est une pathologie générant de fausses et inopérantes hiérarchies, qu’une rotation des élites devra jeter bas; est, enfin, selon la formule géniale de Faye, un “système à tuer les peuples”.

Mais si les critiques formulées par les tenants de l’Ecole de Francfort et par Faye refusent le système mis en place par l’idéologie des Lumières —parce que ce système oblitère la Vie, c’est-à-dire notre Lebenswelt (terme que reprend Habermas, à la suite de Simmel)— ces deux écoles —la nouvelle gauche, dont la revue new-yorkaise Telos constitue la meilleure tribune; et la vraie nouvelle droite, que Faye a incarné seul, sans être empêtré dans des nostalgismes incapacitants— diffèrent dans leur appréciation de la “raison instrumentale”. Pour l’Ecole de Francfort, la rai­son instrumentale est la source de tous les maux: du capitalisme manchestérien à l’autoritarisme de l’Obrigkeitsstaat, du fascisme à la mise hors circuit de la fameuse Lebenswelt, de l’éléctro-fascisme (Jungk) à la destruction de l’environnement. Mais la raison instrumentale donne la puissance, pensait Faye, et il faut de la puissance dans le politique pour faire bouger les choses, y compris restaurer notre Lebenswelt, nos enracinements et la spontanéité de nos peuples. La différence entre la nouvelle droite (c’est-à-dire Faye) et la nouvelle gauche (en gros l’équipe de Telos) réside toute entière dans cette question de la puissance, dont la raison instrumentale peut être un outil.

Cette querelle a aussi été celle des sciences sociales allemandes (cf. De Vienne à Franfort, la querelle allemande des sciences sociales, Ed. Complexe, Bruxelles, 1979): est-ce la raison instrumentale, qui met les valeurs entre parenthèses, ne pose pas de jugements de valeurs et pratique la Wertfreiheit de Max Weber voire l’éthique de la responsabilité ou est-ce la raison normative, qui insiste sur les valeurs —mais uniquement les valeurs “illuministes” de l’Occident moderne— et développe ainsi une éthique de la conviction, qui doit avoir le dessus? Faye n’a pas exactement répondu à la question, dans le cadre du débat qui agitait le monde intellectuel à la fin des années 70 et au début des années 80, mais on sentait parfaitement, dans ses articles et dans Le système à tuer les peuples, qu’il percevait intuitivement le hiatus voire l’impasse: que tant la raison instrumentale, quand elle est maniée par des autorités politiques qui ne partagent pas nos valeurs (celle du zoon politikon grec ou de l’hyperpolitisme romain) ni, surtout, nos traditions métaphysiques et juridiques, que la raison normative, quand elle nous impose des normes abstraites ou étrangères à notre histoire, sont oblitérantes et aliénantes. Ni la raison instrumentale ni la raison normative (il serait plus exact de dire la “raison axiologique”, dans le sens où la “norme” telle que la définit Carl Schmitt, est toujours une abstraction qui se plaque sur la vie, tandis que la valeur, pour Weber et Freund, est une positivité immuable qui peut changer de forme mais jamais de fond, qui peut faire irruption dans le réel ou se retirer, se mettre en phase de latence, et qui est l’apanage de cultures ou de peuples précis) ne sont oblitérantes ou aliénantes si le peuple vit ses valeurs et s’il n’est pas soumis à des normes abstraites qui, délibérément, éradiquent tout ce qui est spontané, corrigent ce qui leur paraît irrationnel et biffent les legs de l’histoire. Faye n’a pas eu le temps de se brancher sur les débats autour des travaux de Rawls (sur la justice sociale), n’a pas eu le temps de suivre le débat des “communautariens” américains, qui ont retrouvé les valeurs cimentantes en sociologie et entendent les réactiver. Et surtout, n’a pas suivi à la trace la grande aventure secrète des années 80, la redécouverte de l’œuvre de Carl Schmitt, en Allemagne, en Italie et aux Etats-Unis, la France restant grosso modo en dehors de cette lame de fond qui traverse la planète entière.

On ne sort du dilemme entre raison instrumentale et raison normative que si l’on retourne à l’histoire, qui offre des valeurs précises à des peuples précis, valeurs qui sont peut-être foncièrement subjectives mais sont aussi objectives parce qu’elles sont les seules capables de structurer des comportements cohérents et durables dans la souplesse, de générer, au sein d’un peuple, ce qu’Arnold Gehlen appelait les “institutions”. Un peuple qui adhère et met en pratique ses propres valeurs obéit à des lois qui sont objectives pour lui seul, mais qui sont la seule objectivité pratique dans la sphère du politique; s’il obéit à des normes extérieures à lui, imposées par des puissances extérieures et/ou dominantes, la raison normative lui apparaîtra, consciemment ou inconsciemment, aliénante et la raison instrumentale, insupportable. Dans un tel cadre, s’il a oublié ses valeurs propres, le peuple meurt parce qu’il ne peut plus agir selon ses propres lois intérieures. Le système l’a tué.

Indubitable et déterminante est l’influence de Henri Lefebvre sur l’évolution des idées de Guillaume Faye; Henri Lefebvre fut un des principaux théoriciens du PCF et l’auteur de nombreux textes fondamentaux à l’usage des militants de ce parti fortement structuré et combatif. J’ai eu personnellement le plaisir de rencontrer ce philosophe ex-communiste français à deux reprises en compagnie de Guillaume Faye dans la salle du célèbre restaurant parisien “La Closerie des Lilas” que Lefebvre aimait fréquenter parce qu’il avait été un haut lieu du surréalisme parisien du temps d’André Breton. Lefebvre aimait se rémémorer les homériques bagarres entre les surréalistes et leurs adversaires qui avaient égayé ce restaurant. Avant de passer au marxisme, Lefebvre avait été surréaliste. Les conversations que nous avons eues avec ce philosophe d’une distinction exceptionnelle, raffiné et très aristocratique dans ses paroles et ses manières, ont été fructueuses et ont contribué à enrichir notamment le numéro de Nouvelle école sur Heidegger que nous préparions à l’époque. Trois ouvrages plus récents de Lefebvre, postmarxistes, ont attiré notre attention: Position: contre les technocrates. En finir avec l’humanité-fiction (Gonthier, Paris, 1967); Le manifeste différentialiste (Gallimard, Paris, 1970); De L’Etat. 1. L’Etat dans le monde moderne, (UGE, Paris, 1976).

Dans Position (op. cit.), Lefebvre s’insurgeait contre les projets d’exploration spatiale et lunaire car ils divertissaient l’homme de “l’humble surface du globe”, leur faisaient perdre le sens de la Terre, cher à Nietzsche. C’était aussi le résultat, pour Lefebvre, d’une idéologie qui avait perdu toute potentialité pra­tique, toute faculté de forger un projet concret pour remédier aux problèmes qui affectent la vie réelle des hommes et des cités. Cette idéologie, qui est celle de l’“humanisme libéral bourgeois”, n’est plus qu’un “mélange de philanthropie, de culture et de citations”; la philosophie s’y ritualise, devient simple cérémonial, sanctionne un immense jeu de dupes. Pour Lefebvre, cet enlisement dans la pure phraséologie ne doit pas nous conduire à refuser l’homme, comme le font les structuralistes autour de Foucault, qui jettent un soupçon destructeur, “déconstructiviste” sur tous les projets et les volontés politiques (plus tard, Lefebvre sera moins sévère à l’égard de Foucault). Dans un tel contexte, plus aucun élan révolutionnaire ou autre n’est possible: mouvement, dialectique, dynamiques et devenir sont tout simplements niés. Le structuralisme anti-historiciste et foucaldien constitue l’apogée du rejet de ce formidable filon que nous a légué Héraclite et inaugure, dit Lefebvre, un nouvel “éléatisme”: l’ancien éléatisme contestait le mouvement sensible, le nouveau conteste le mouvement historique. Pour Lefebvre, la philosophie parménidienne est celle de l’immobilité. Pour Faye, le néo-parménidisme du système, libéral, bourgeois et ploutocratique, est la philosophie du discours libéralo-humaniste répété à l’infini comme un catéchisme sec, sans merveilleux. Pour Lefebvre, la philosophie héraclitéenne est la philosophie du mouvement. Pour Faye, —qui retrouve là quelques échos spenglériens propres à la récupération néo-droitiste (via Locchi et de Benoist) de la “Révolution Conservatrice” weimarienne— l’héraclitéisme contemporain doit être un culte joyeux de la mobilité innovante. Pour l’ex-marxiste et ex-surréaliste comme pour le néo-droitiste absolu que fut Faye, les êtres, les stabilités, les structures ne sont que les traces du trajet du Devenir. Il n’y a pas pour eux de structures fixes et définitives: le mouvement réel du monde et du politique est un mouvement sans bonne fin de structuration et de déstructuration. Le monde ne saurait être enfermé dans un système qui n’a d’autres préoccupations que de se préserver. A ce structuralisme qui peut justifier les systèmes car il exclut les “anthropes” de chair et de volonté, il faut opposer l’anti-système voire la Vie. Pour Lefebvre (comme pour Faye), ce recours à la Vie n’est pas passéisme ou archaïsme: le système ne se combat pas en agitant des images embellies d’un passé tout hypothétique mais en investissant massivement de la technique dans la quotidienneté et en finir avec toute philosophie purement spéculative, avec l’humanité-fiction. L’important chez l’homme, c’est l’œuvre, c’est d’œuvrer. L’homme n’est authentique que s’il est “œuvrant” et participe ainsi au devenir. Les “non-œuvrants”, sont ceux qui fuient la technique (seul levier disponible), qui refusent de marquer le quotidien du sceau de la technique, qui cherchent à s’échapper dans l’archaïque et le primitif, dans la marginalité (Marcuse!) ou dans les névroses (psychanalyse!). Apologie de la technique et refus des nostalgies archaïsantes sont bel et bien les deux marques du néo-droitisme authentique, c’est-à-dire du néo-droitisme fayen. Elles sortent tout droit d’une lecture attentive des travaux de Henri Lefebvre.

 

Henri Lefebvre

Dans Le manifeste différentialiste, nous trouvons d’autres parallèles entre le post-marxisme de Lefebvre et le néo-droitisme de Faye, le premier ayant indubitablement fécondé le second: la critique des processus d’homogénéisation et un plaidoyer en faveur des “puissances différentielles” (qui doivent quitter leurs positions défensives pour passer à l’offensive). L’homogénéisation “répressive-oppressive” est dominante, victorieuse, mais ne vient pas définitivement à bout des résistances particularistes: celles-ci imposent alors malgré tout une sorte de polycentrisme, induit par la “lutte planétaire pour différer” et qu’il s’agit de consolider. Si l’on met un terme à cette lutte, si le pouvoir répressif et oppresseur vainc définitivement, ce sera l’arrêt de l’analyse, l’échec de l’action, le fin de la découverte et de la création.

De sa lecture de L’Etat dans le monde moderne, Faye semble avoir retiré quelques autres idées-clefs, notamment celle de la “mystification totale” concomitante à l’homogénéisation planétaire, où tantôt l’on exalte l’Etat (de Hobbes au stalinisme), tantôt on le méconnaît (de Descartes aux illusions du “savoir pur”), où le sexe, l’individu, l’élite, la structure (des structuralistes figés), l’information surabondante servent tout à tour à mystifier le public; ensuite l’idée que l’Etat ne doit pas être conçu comme un “achèvement mortel”, comme une “fin”, mais bien plutôt comme un “théâtre et un champ de luttes”. L’Etat finira mais cela ne signifiera pas pour autant la fin (du politique). Enfin, dans cet ouvrage, Faye a retenu le plaidoyer de Lefebvre pour le “différentiel”, c’est-à-dire pour “ce qui échappe à l’identité répétitive”, pour “ce qui produit au lieu de reproduire”, pour “ce qui lutte contre l’entropie et l’espace de mort, pour la conquête d’une identité collective différentielle”.

Cette lecture et ces rencontres de Faye avec Henri Lefebvre sont intéressantes à plus d’un titre: nous pouvons dire rétrospectivement qu’un courant est indubitablement passé entre les deux hommes, certainement parce que Lefebvre était un ancien du surréalisme, capable de comprendre ce mélange instable, bouillonnant et turbulent qu’était Faye, où se mêlaient justement anarchisme critique dirigé contre l’Etat routinier et recours à l’autorité politique (charismatique) qui va briser par la vigueur de ses décisions la routine incapable de faire face à l’imprévu, à la guerre ou à la catastrophe. Si l’on qualifie la démarche de Faye d’“esthétisante” (ce qui est assurément un raccourci), son esthétique ne peut être que cette “esthétique de la terreur” définie par Karl Heinz Bohrer et où la fusion d’intuitionnisme (bergsonien chez Faye) et de décisionnisme (schmittien) fait apparaître la soudaineté, l’événement imprévu et impromptu, —ce que Faye appelait, à la suite d’une certaine école schmittienne, l’Ernstfall— comme une manifestation à la fois vitale et catastrophique, la vie et l’histoire étant un flux ininterrompu de catastrophes, excluant toute quiétude.

La lutte permanente réclamée par Lefebvre, la revendication perpétuelle du “différentiel” pour qu’hommes et choses ne demeurent pas figés et “éléatiques”, le temps authentique mais bref de la soudaineté, le chaïros, l’imprévu ou l’insolite revendiqués par les surréalistes et leurs épigones, le choc de l’état d’urgence considéré par Schmitt et Freund comme essentiels, sont autant de concepts ou de visions qui confluent dans cette synthèse fayenne. Ils la rendent inséparable des corpus doctrinaux agités à Paris dans les années 60 et 70 et ne permettent pas de conclure à une sorte de consubstantialité avec le “fascisme” ou l’“extrême-droitisme” fantasmagoriques que l’on a prêtés à sa nouvelle droite, dès le moment où, effrayé par tant d’audaces philosophiques à “gauche”, à “droite” et “ailleurs et partout”, le système a commencé à exiger un retour en arrière, une réduction à un moralisme minimal, tâche infâmante à laquelle se sont attelés des Bernard-Henry Lévy, des Guy Konopnicki, des Luc Ferry et des Alain Renaut, préparant ainsi les platitudes de notre political correctness.

Bernard-Henri Lévy, figure du rabbinat intellectuel 

Reste à tenter d’expliquer le nietzschéisme de Faye et à le resituer vaille que vaille —pour autant que cela soit possible— dans le contexte du nietzschéisme français des années 60 à 80. Qu’est-ce qui distingue son nietzschéisme implicite (et parfois explicite) du nietzschéisme professé ailleurs, dans l’université française, chez les philosophes indépendants (voire marginaux) ou chez les autres protagonistes de la ND?

– Si le nietzschéisme de l’université est complexe, trop complexe pour être manié dans des associations de type métapolitique comme le GRECE;

– si les arabesques, méandres, rhizomes, agencements, transversales, multilinéarités et ritournelles d’un philosophe nietzschéen original et fécond comme Gilles Deleuze par exemple dévoilaient un vocabulaire aussi original que surprenant, mais qui demeurait largement incompris en dehors des facultés de philosophie à l’époque de gloire de la ND (elles n’auraient rencontré qu’incompréhension chez les non-philosophes, même à l’université; en Italie, Francesco Ingravalle a eu le mérite de dresser un excellent synopsis des approches nietzschéennes, en dégageant clairement l’apport de Deleuze; cf. F. Ingravalle, Nietzsche illuminista o illuminato? Guida alla lettura di Nietzsche attraverso Nietzsche, Ed. di Ar, Padova, 1981);

– si les philosophes plus marginalisés, moins académiques et solitaires ont travaillé à fond des thématiques nietzschéiennes plus circonstancielles et nettement moins politisables ou métapolitisables;

– si les fragments, tantôt épars, tantôt concentrés, d’héritage extrême-droitiste, transposés spontanément dans la métapolitique maladroite des plus modestes militants de base des débuts du GRECE, concevaient un nietzschéisme fort hiératique, glacial et figé, prenant naïvement au pied de la lettre le discours sur le “Surhomme”, et surtout ses travestissements par la propagande cinématographique anglo-saxonne des deux guerres mondiales, où se mêlent des clichés comme le “Hun”, la “bête blonde”, la folie caricaturale de professeurs de génétique au rictus nerveux et à grosses lunettes et, enfin, la morgue attribuée aux officiers des corps francs ou des troupes d’assaut;

– si le “surhumanisme” de Giorgio Locchi, en tant que nietzschéisme solidement étayé dans les discours du GRECE, insistait sur le dépassement des avatars philosophiques et scientifiques de l’égalitarisme passif et niveleur issu du christianisme et transformé en “science” dans le sillage du positivisme puis du marxisme;

– si les thèses de Pierre Chassard sur l’anti-providentialisme de Nietzsche, annexées par le GRECE, en mal d’une interprétation originale du philosophe de Sils-Maria au début des années 70, insistaient, elles, sur l’impossibilité finale de créer un monde achevé, fermé, sans plus ni vicissitudes ni tragique ni effervescence ni conflictualité, le nietzschéisme personnel de Faye s’inscrirait plutôt dans cet espace aux contours flous, entre le rire et le tragique, mis en évidence par Alexis Philonenko, dans son approche de l’œuvre de Nietzsche (cf. A. Philonenko, Nietzsche. Le Rire et le Tragique, LGF, 1995).

Pour Faye effectivement, la trame du monde est fondamentalement tragique, et restera telle, en dépit des vœux pieux, formulés par chrétiens, post-chrétiens, jus-naturalistes, etc.; à la suite de Jules Monnerot, qui a pensé systématiquement l’“hétérotélie”, c’est-à-dire le fait que l’on atteint toujours un objectif différent de celui qu’on s’était assigné dans ses rêves et ses projets, Faye écrit et affirme sans cesse que les efforts politiques, les constructions institutionnelles, les barrages que dressent maladroitement les censeurs qui veulent éviter toute redistribution des cartes, finiront toujours par être balayés, mais, avant cette disparition méritée et ce nettoyage nécessaire, les agitations, les colères, les objurgations, les admonestations de ceux qui veulent que les mêmes règles demeurent toujours en vigueur, pour les siècles des siècles, doivent susciter le rire de tous les réalitaires impertinents qui acceptent et affirment le tragique, la finitude de toutes choses.

En ce sens, pour Faye, «le rire est la puissance nue, véritablement protéiforme», comme le définit Philonenko, qui ajoute, que, dans Ainsi parla Zarathoustra, le rire est aussi “la clef qui ouvre toutes les serrures”, justement parce qu’il permet de sauter les obstacles qui, au fond, ne sont pas des obstacles, de regarder à travers les fissures ou au-delà des masses en apparence monolithiques. Nietzsche conçoit le rire, non comme une substance, mais comme une fonction métacritique qui rend la vie possible (et la libère des pesanteurs et des anachronismes) et, avec elle, ajoute Philonenko, toute “existence authentique”, dans le sens où l’“authenticité”, ici, est synonyme de plénitude et de fulgurance innovante, tandis que toute routine, voire, chez Faye, toute tradition, quand elle se fige, est “inauthentique”, dépourvue d’intérêt. De là, la fascination qu’exerçaient sur Faye les réflexions post-nietzschéennes de Heidegger sur le triste “règne du on”, alors même que les écrivains français qui ont, chacun à leur manière, chanté les “voies royales”, n’ont guère influencé les réflexions du seul véritable penseur original de la ND.

Nietzsche

Nietzsche, et Faye inconsciemment à sa suite, imaginaient un rire qui, “effondrant les colonnes de la civilisation” (celle, rigide, désenchantée, que nous a léguée et nous impose l’Aufklärung, de plus en plus souvent par des méthodes policières), réaliserait le surhomme, c’est-à-dire le dépassement de la condition “humaine, trop humaine”, emprisonnée dans les cages de la légalité sans plus aucune légitimité, dans les cellules dorées d’une civilisation d’abondance matérielle et de lacunes spirituelles. C’est dans cette critique de la civilisation, non plus véhiculée par l’éros idyllique et néo-pastoraliste du “marcuso-rousseauisme”, mais par le rire et la polisonnerie, qu’il faut voir un parallèle avec une certaine révolution conservatrice allemande, qui, elle, récuse cette “civilisation” au nom de l’expérience à la fois traumatisante et exaltante des soldats de la première guerre mondiale ou au nom d’une foi orientale, asiatique ou russe-orthodoxe, modernisée en apparence sous les oripeaux du bolchevisme.

La surhumanité nietzschéo-fayenne n’est donc pas une humanité impavide de gendarmes aux roides zygomatiques, musculeux et hiératiques (sauf, notable exception, dans certaines planches de sa bande dessinée aux thématiques contestées, intitulée Avant-Guerre), non pas, contexte spatio-temporel oblige, un duplicata anachronique du “nationalisme soldatique” des frères Jünger ou de Schauwecker, non pas un fidéisme traditionaliste teinté d’orientalisme, mais une surhumanité portée par une bande de joyeux polissons créatifs, impertinents, hors-normes. Les porteurs de “civilisation”, qui ont oublié le rire ou l’ont étouffé en eux, érigent des idoles de papier, des codes moraux, des conventions toutes cérébrales, qui sont justement celles qui oblitèrent et refoulent cette Lebenswelt, cette évidence immédiate que seul le rire est capable de saisir, de capter, d’“en ouvrir toutes les serrures”. Cet engagement pour sauver la Lebenswelt est le leitmotiv qui permet de comprendre les engouements simultanés de Faye pour Heidegger, Habermas, Monnerot, Freund, Schmitt, Jünger (celui du Travailleur), Simmel et sa synthèse personnelle entre tous ces philosophes, politologues et sociologues, en apparence très différents les uns des autres. Plus tard, Michel Maffesoli deviendra indubitablement l’universitaire qui hissera un corpus fort proche de cette vision fayenne —fulgurante, dionysiaque et effervescente— au niveau d’une philosophie et d’une sociologie pleinement reconnues par l’université, au niveau français comme au niveau international. Voilà ce qu’il fallait dire, me semble-t-il, sur le nietzschéisme dionysiaque de Faye, qui a marqué si profondément la ND de son sceau.

Faye est en effet le penseur qui aurait pu, s’il avait travaillé et retravaillé ses intuitions selon les critères de la démarche académique, devenir un philosophe entre Freund et Maffesoli, c’est-à-dire un philosophe tenant compte des impératifs incontournables du politique mais sans absoluiser ces impératifs, en laissant toujours les portes grandes ouvertes aux manifestations de la Vie (de la Lebenswelt). Si Freund, fidèle en cela à Carl Schmitt, ne perd pas trop de temps à s’apesantir sur les grouillements, éruptions, engouements qui pourraient donner mille et une fois prétexte à de l’“occasionalisme”, Maffesoli va parfois trop loin, nous semble-t-il, quand il survalorise des phénomènes de banlieue, comme les tribus, tout en annonçant une sorte de fin du politique dans le dionysiaque. Faye, qui a quitté la sphère sérieuse du politique, aurait pu faire cette jonction entre Freund et Maffesoli (qui fut l’élève de ce politologue alsacien), dans la mesure où, pour lui, le politique ne doit jouer qu’en cas d’Ernstfall (de situation dangereuse, exceptionnelle), en s’effaçant dès que le péril disparait. En cela, “le politique va et vient entre imperium et anarchie”, comme le soulignait Christiane Pigacé, elle aussi disciple de Julien Freund, lors de la Première Université d’été de la FACE en juillet 1993.

Ce nietzschéisme-entre-rire-et-tragique, pari pour la “puissance nue” et “fonction métacritique”, avait aussi bien du mal à se faire comprendre, non pas auprès des militants jeunes du GRECE, fascinés par cette fougue, mais bien dans le “saint des saints” de ce mouvement, en son plus haut sommet, où ne brillait aucun soleil, où ne règnait aucune chaleur, mais où une humeur grincheuse crachait en permanence ses miasmes aussi malsains qu’indéfinissables dans une atmosphère déjà toute chargée de volutes nauséabondes de nicotine, où une mine toujours déconfite, une moue éructant sans discontinuer l’insulte gratuite, révélait en fait, aux lucides qui pouvaient le voir, une parodie fon­damentale que Nietzsche aurait copieusement brocardée. Les petites vanités d’un certain gourou ne toléraient nullement le développement d’une “métacritique” axée sur le “fou rire libérateur”, qui commence toujours par une saine capacité d’auto-dérision.

Quant à Faye, il n’hésitait jamais à se mettre en scène, à s’amuser de ses propres images, fantasmes, goûts, de ses propres phrases qu’il poussait à l’absurde pour être sûr qu’elles ne s’enliseraient jamais dans une impasse intellectuelle, etc. En effet, pour se remettre en question, il faut être capable de penser jusqu’à l’absurde chaque idée qu’on développe, s’apercevoir à chaque instant du caractère dérisoire de ses vanités ou de ses fantasmes, du caractère ridicule des petits camouflages qu’on pratique dans le fol espoir de plaire un jour à la galerie, d’avoir une “image irréprochable” dans les médias du “système à tuer les peuples”, ce qui indique finalement que l’on n’a nul souci de ces peuples, en dépit des discours que l’on tient pour épater le public. Cet exercice d’auto-dérision, on a toujours été incapable de le faire, en ce plus haut lieu du GRECE, qui prétendait évidemment n’être pas le GRECE, mais simple site de base fortuit et déconnecté d’une vague “stratégie personnelle” d’entrisme dans les médias et de participation aux débats (?) du Tout-Paris. Raison pour laquelle la machine, mise en place par quelque compilateur qui alignait citations et références dans le seul espoir de se faire valoir, a fini, “quelque part”, par tourner à vide.

Enfin, ce “nietzschéisme du rire” demeure à la base des démarches du Faye post-greciste: depuis le lancement du journal J’ai tout compris (1987-88), mêlant ironie grinçante, satire caustique, message politique et style branché, jusqu’aux émissions de Skyrock, avec leurs énoooormes canulars, ou encore les enquêtes désopilantes de l’Echo des Savannes ou même de Paris-Match, où l’on a vu Faye dans le rôle du “Professeur Kervous”, ami de Bill Clinton fraîchement élu à la Maison Blanche, un Kervous au look soixante-huitard flanqué d’une sémillante secrétaire britannique “Mary Patch” (!!), qui se présente chez certains hommes et femmes politiques français pour leur demander, au nom de “Mr. President Bill Clinton”, s’ils sont prêts à poser leur candidature de “Secrétaire d’Etat aux affaires européennes”, dans la nouvelle “administration” américaine… Mais cette pratique de la “théorie métacritico-métapolitique” de la ND fayenne est une autre histoire, qui n’a pas exactement sa place dans la présente introduction.

Gaulois mourant, 3 siècle avant Jésus-Christ

Guillaume Faye est désormais mort après une bataille perdue d’avance contre la maladie.

Le tragique lui a donné raison.

 

Loading...
SHARE