Brest : Le socialiste déchu Jean-Jacques Urvoas sera jugé pour sa collusion avec un député LR véreux

0
PHOTO CLAUDE PRIGENT / LE TELEGRAMME. QUIMPER (29) : Le ministre de la justice, Jean-Jacques Urvoas à l'inauguration de la cité judiciaire de Quimper.
Loading...

BREIZATAO – POLITIKEREZH (15/04/2019) C’est la loi des séries. Après le maire socialiste de Brest François Cuillandre, c’est au tour du socialiste déchu Jean-Jacques Urvoas, ennemi déclaré de la Bretagne nationaliste, de goûter aux joies des procédures judiciaires. L’ancien député socialiste de Quimper, sorti sans ménagement en 2017, passera en jugement pour s’être commis avec le politicien français corrompu Thierry Solère, membre des Républicains.

Marianne (source) :

L’ancien ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a été renvoyé devant la Cour de justice de la République ce lundi 15 avril pour « violation du secret professionnel ». Le socialiste est soupçonné d’avoir renseigné le député des Hauts-de-Seine Thierry Solère sur une enquête pour fraude fiscale le concernant.
En décembre 2017, Le Canard enchaîné et Le Parisien révélaient que le député Thierry Solère aurait été informé par l’ancien garde des Sceaux de l’avancée d’une enquête le concernant. Sur le départ après l’élection d’Emmanuel Macron, le ministre de la Justice des gouvernements Valls II et Cazeneuve aurait transmis au député, encore membre des Républicains à l’époque, une synthèse confidentielle de la Direction des affaires criminelles et des grâces sur l’enquête préliminaire le visant. C’est lors d’une perquisition au domicile de Thierry Solère le 26 juin 2017 que les enquêteurs ont retrouvé une copie de cette note confidentielle, signée de la main du ministre, sur le téléphone du député.
L’élu des Hauts-de-Seine et son épouse sont soupçonnés de s’être soustraits à l’impôt sur le revenu entre 2010 et 2013. Une information judiciaire a été ouverte le 4 février par le parquet de Nanterre, notamment pour fraude fiscale, trafic d’influence, détournement de fonds publics par dépositaire de l’autorité publique et financement illicite de dépenses électorales.

Rappelons que le brigand socialiste Urvoas, à la tête du ministère français de la Justice, a essayé de détruire BREIZ ATAO, en recourant à la censure d’état. Sans y parvenir.

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here