Les USA préparent un plan pour le déploiement de 120,000 soldats US contre l’Iran

0
Loading...

BREIZATAO -ETREBROADEL (14/05/2019) Le nouveau Conseiller pour la Sécurité Nationale du président Donald Trump, John Bolton, essaie depuis plusieurs mois de faire de la destruction de l’Iran un objectif stratégique de la politique étrangère américaine.

Quoique présenté comme appartenant au néo-conservatisme, M. Bolton appartient au canal historique du Parti Républicain. Très proche des milieux israéliens et partisan déclaré d’un renversement de régime en Iran qu’il a assuré vouloir réaliser d’ici « 2019 », John Bolton vient de présenter un plan d’intervention à la Maison Blanche.

The New York Times (source) :

Lors d’une conférence avec les principaux assistants du conseiller à la sécurité nationale, le ministre de la Défense Patrick Shanahan a présenté un nouveau plan militaire envisageant l’envoi de 120,000 hommes au Moyen-Orient si l’Iran attaquait les troupes américaines ou accélérait le rythme de ses travaux sur ses armes nucléaires, ont indiqué des officiels du gouvernement.
La révision a été ordonnée par les faucons menés par John R. Bolton, le conseiller de M. Trump pour la sécurité nationale. Ils n’appellent pas à une invasion de l’Iran qui nécessiterait beaucoup plus de troupes selon ces officiels.
La taille de la force expéditionnaire a choqué certains de ceux qui ont été informés à son sujet. Les 120,000 hommes approchent la taille de force américaine qui a envahi l’Irak en 2003.
Déployer une force aérienne, terrestre et navale aussi robuste offrirait à Téhéran davantage de cibles à frapper et potentiellement plus de raisons pour le faire, risquant d’attirer les Etats-Unis dans un conflit. Cela irait à l’encontre de plusieurs années de retranchement défensif de la part de l’armée américaine au Moyen-Orient qui a démarré avec le retrait des troupes d’Irak en 2011 par Barack Obama.

Après une longue négociation entre les USA, la Chine, la Russie, l’UE et l’Iran, un accord avait été trouvé sur le développement nucléaire iranien. Sous l’influence du lobby belliciste israélien, Donald Trump a retiré unilatéralement les Etats-Unis de cet accord.

Depuis, Washington, toujours sous l’influence israélienne, a adopté une politique de destruction méthodique de l’économie iranienne dans l’espoir de voir la population renverser le gouvernement en place au profit d’agents étrangers financés et soutenus par les USA et Israël.

L’Iran, assiégé par cet embargo visant principalement ses exportations de gaz et de pétrole, a réagi en menaçant de couper les exportations saoudiennes par la force armée. Les Gardiens de la Révolution iraniens ont attaqué plusieurs points d’exportation saoudiens ces derniers jours afin de démontrer que cet embargo US ne resterait pas sans réponse.

L’objectif iranien vise à accroître la pression sur les USA en faisant monter les cours  mondiaux du pétrole et du gaz. Une hausse qui entraînerait très probablement une récession globale sur fond de tensions sur les dettes souveraines. La France, fragilisée par la crise des Gilets Jaunes causée par le prix de l’essence, est particulièrement exposée aux conséquences politiques d’une telle déstabilisation.

L’Iran de son côté cherche à éviter tout conflit régional. Mais placé devant l’agressivité belliciste israélo-américaine, Téhéran a dû durcir ses positions.

L’Europe, inexistante politiquement, n’a pas été en mesure de prouver à l’Iran qu’elle était capable de sauver l’accord sur le nucléaire iranien. Impuissance qui, ajouté aux sanctions unilatérales des USA, a convaincu l’Iran de renforcer ses positions militaires dans le Golfe Persique.

Si personne ne favorise à ce stade le scénario d’un conflit armé, l’absence de solution diplomatique dans les mois à venir pourrait rapidement renforcer le camp des faucons israélo-américains à la Maison Blanche.

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here