Loading...

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (12/06/2019) Chaque année, le ministère de la Culture dépense 139 euros par Francilien contre 15 euros pour les habitants des autres régions.

L’Express (source) :

A près de 80 ans, Jack Lang n’a rien perdu de sa sagacité. Aussi son affirmation à L’Express vaut-elle son pesant d’or : « Si la Mairie de Paris fermait du jour au lendemain le théâtre du Châtelet, le musée Carnavalet, le Petit Palais, le Palais Galliera et tous les établissements dont elle a la charge, les Parisiens garderaient la meilleure offre culturelle de France, voire du monde ! » La clef du mystère ? « C’est simple, poursuit l’actuel président de l’Institut du monde arabe : entre le Louvre, le Centre Pompidou, l’Opéra et tous les autres établissements, l’État finance à lui seul 80 % de la vie culturelle de la capitale.« 
L’ancien ministre a raison, comme le prouvent ces statistiques aussi surréalistes qu’officielles : chaque année, le ministère de la Culture dépense 139 euros par Francilien contre… 15 pour les habitants des autres régions. Vous avez bien lu : un rapport de 1 à 9 au profit de l’Ile-de-France ! Un scandale français méconnu. En matière de culture, l’aménagement du territoire fonctionne à l’envers, et consiste à donner plus à ceux qui ont plus et moins à ceux qui ont moins.

Le peuple breton peut méditer sur la structure politique hexagonale entièrement construite pour assurer la prééminence de la ville cosmopolite de Paris, une colonie vivant des ressources des régions qu’elle soumet.

Malgré des revenus fiscaux potentiellement significatifs, le Conseil Régional de Bretagne ne dispose que d’un budget dérisoire de l’ordre de 1,5 milliard d’euros pour un PIB de 84 milliards d’euros.

L’Assemblée nationale galloise dispose quant à elle de 20 milliards d’euros de budget annuel pour un PIB de près de 70 milliards d’euros.

La culture bretonne souffre directement de cette politique parisienne, notamment sur la question linguistique, mais pas seulement.

Dans le même temps, une culture d’état afro-américanisée s’impose par la force de l’argent et des connivences politiques aux populations de race blanche. Le résultat d’une telle politique est un affaissement spirituel général des autochtones avec l’argent de leur travail.

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here