Loading...

BREIZATAO – POLITIKEREZH (12/06/2019) L’Etat Français prétend décréter que l’argent breton ne saurait financer l’intégrité de la langue bretonne. En revanche, il coule à flots pour divertir les peuplades les plus exotiques qu’il implante chez nous. La mairie briochine devrait bientôt participer à la promotion du sport national afghan dans la ville.

Ouest-France (source) :

Ils sont Afghans et habitent Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) depuis deux ans. Tous les week-ends, ils se réunissent pour jouer au cricket, le sport national afghan. Leur objectif est de monter un club dans la ville briochine.
Chaque week-end, des jeunes Afghans âgés de 17 à 35 ans se retrouvent à Saint-Brieuc pour jouer au cricket. « En Afghanistan, le cricket c’est comme le foot en France », explique Mansur Nasiri, à l’origine de la création de l’équipe.
Ce garçon âgé de 17 ans pratique ce sport depuis tout petit. Il y a deux ans, quand il arrive en France, à Saint-Brieuc, Au fil des jours et des semaines, le jeune garçon fait la connaissance d’autres Afghans. « On aime tous le cricket et on s’est dit que ce serait bien de jouer ensemble », raconte Mansour.
Rapidement, le groupe se forme, jusqu’à compter aujourd’hui 21 joueurs. Ce grand nombre leur permet de faire des matchs à deux équipes d’une dizaine de joueurs. « Quand le temps le permet, on se retrouve au stade Hélène-Boucher et on s’entraîne pendant plusieurs heures parfois. Toujours le week-end, parce qu’en semaine, on est à l’école pour certains et en entreprise pour d’autres », précise un joueur.
Pour ces jeunes afghans, jouer au cricket a une dimension sociale très importante. « On parle dans notre langue natale, on échange sur nos expériences nouvelles en France avec des garçons plus vieux et du même âge. Cette équipe, c’est un repère depuis qu’on est loin de nos familles », explique le jeune capitaine qui ne connaissait aucun de ses coéquipiers avant d’arriver en Bretagne.
Mais dans le groupe, l’esprit de compétition n’est jamais très loin. « On a des amis à Rennes et Vannes qui jouent aussi au cricket, il nous arrive de nous affronter. La plupart du temps, c’est nous qui gagnons », annonce l’un des membres de l’équipe.
Certains joueurs ont profité d’un séjour à Paris acquérir un peu de matériel. Mais pour l’heure, l’équipe ne dispose, en tout et pour tout, que d’une batte et une balle. « Lors des matchs, chaque joueur doit avoir une batte, des gants, un casque », précise les jeunes gens.
Ils aimeraient aussi disposer d’un terrain d’entraînement plus adapté à leur sport et comptent solliciter la mairie, épaulés dans leurs démarches, par un éducateur du foyer de L’Envol, Sébastien Huguet. Le projet n’en est qu’à la phase de réflexion mais à plus long terme, ils imaginent aussi monter un club de cricket. « On aimerait faire venir un coach de Rennes ou de Vannes. Là-bas il y en a », explique Mansur Nasiri.
En attendant, ils accueilleraient volontiers de nouveaux joueurs. Leur groupe est ouvert à tous, Afghans, Bretons ou autres, y compris aux filles.

Saint-Brieuc, dont le peuplement est déjà sérieusement attaqué sous l’effet de la politique de repeuplement ethnique poursuivie par les autorités hexagonales, pourra profiter d’ici quelques années de compétitions des plus suivies.

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here