Loading...

BREIZATAO – POLITIKEREZH (06/07/2019) La chapelle de Koat Keo, dans la commune de Skrignag (Scrignac), a été touchée par un incendie très probablement d’origine criminelle. Ciblée depuis l’an dernier par l’extrême-gauche française, tout spécialement les « Antifas » proches de Gaël Roblin, le symbole du patriotisme breton est dans la ligne de mire des ennemis de Breizh.

France 3 Bretagne (source) :

Les pompiers sont intervenus ce vendredi après-midi à la suite d’un incendie qui a touché la chapelle de Scrignac dans le Finistère.
Les pompiers ont été appelés vers 15 h 15 ce vendredi 5 juillet sur la commune de Scrignac dans le Finistère. La chapelle de Koat Keo a pris feu. Sa toiture s’est notamment embrasée et effondrée. Il aura fallu deux heures aux pompiers pour éteindre l’incendie. 60 m² carrés ont été détruits.
Le lieu est habituellement fermé a indiqué la première adjointe au maire, Corinne Nicole. « Il est utilisé uniquement pour le pardon du 15 août » qui a souligné « c’est le seul bâtiment classé monument historique (en 1997) sur le territoire de Scrignac. » Son origine remonte au IXème siècle, elle a plusieurs fois été reconstruite. Sa particularité ? Elle possède un autel extérieur.
Le maire, Georges Morvan s’est dit attristé, « c’est une partie du patrimoine communal qui prend un coup ». Il a expliqué « l’édifice est un emblème de la commune » avant de préciser qu’il n’y avait pas de signe d’effraction. Un architecte des bâtiments de France s’est rendu sur place.
Une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances de cet incendie.

La chapelle fut construite en 1937 à l’initiative de l’Abbé Perrot. Engagé dans son combat spirituel et culturel avec son association « Bleun Brug » pour la défense de la Bretagne bretonnante et chrétienne,  il en confie la réalisation à l’architecte membre des Seiz Breur James Bouillé. Ce dernier mourra en 1945 suite aux persécutions gaullo-communistes contre les artistes bretons.

La sépulture de l’Abbé Yann-Vari Perrot, attenante à la chapelle, avait été profanée par des marxistes de la gauche antifa en 2018. L’Abbé est une figure importante du patriotisme breton.

Au moment des faits, l’Eglise Catholique du diocèse du Finistère, en raison de son alignement sur la gauche franco-républicaine, n’avait pas condamné la profanation. Signe de sa désintégration morale finale en Bretagne.

Une organisation catholique modérantiste comme « Ar Gedour » s’était contentée des pleurnicheries de bénitier habituelles, incapable de faire preuve de la moindre virilité face à l’agression rouge.

L’attitude de la préfecture et de la Gendarmerie devrait rapidement nous en apprendre davantage.

Cette nouvelle campagne terroriste ne doit pas être sous-estimée par les patriotes : elle suit un plan méthodique contre la nation bretonne.

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here