Loading...

BREIZATAO – POLITIKEREZH (12/08/2019) Lorsqu’il s’agit de parader avec arrogance, la France est rarement en reste. Jusqu’au grotesque. Ainsi, le parti au pouvoir à Paris, La République en Marche, n’a pas hésité à rappeler à l’ordre la Chine quant à la situation à Hong Kong.

Arrogance et impérialisme

Dans un communiqué, la majorité LREM de l’Assemblée hexagonale se livre à un exercice ahurissant d’auto célébration, évoquant « la Révolution Française » pour dicter sa conduite à un pays de 1,3 milliard d’habitants.

La République Française, si verbeuse comme on le voit, était moins soucieuse de la liberté des Chinois lorsque la Troisième République participa à la guerre de rapine contre la Chine entre 1900 et 1901.

La Chine sait ce que la République française pense réellement de « la liberté ».

La France continue d’interdire de droits politiques les peuples autochtones

Ces parlementaires français oublient sciemment de dire que le premier système parlementaire d’Europe n’est pas né de la révolution française.

Il fut celui de la Corse sous l’impulsion de Pasquale Paoli, lequel fut écrasé par la France monarchique au 18ème siècle après l’annexion brutale de l’île par les troupes de Louis XV. A ce jour, la France continue d’interdire toute restauration de ce parlement corse en dépit du vote massif qui s’exprime ces dernières années en ce sens.

Là aussi, entre la Corse et la Chine, une même politique, une même hypocrisie.

Contrairement à la France, la Chine reconnaît 56 nationalités indigènes auxquelles le gouvernement accorde l’autonomie et la protection de ses droits linguistiques et culturels.

La Chine accorde à ce titre l’autonomie à de nombreux territoires où vivent des groupes ethniques distincts du groupe majoritaire Han (voir ici). Ces territoires garantissent la protection et le développement des langues parlées par les peuples concernées.

Une politique en radicale opposition avec la politique d’interdiction des langues des groupes ethniques sous administration française, à l’instar du peuple breton. Pour ne rien dire de l’absence des droits politiques  des Bretons, Corses, Alsaciens ou Basques au terme de la Charte des Nations-Unies.

La France réprime brutalement les opposants

Enfin, ce parlement dirigé par le parti présidentiel français semble avoir la mémoire courte : c’est bien son gouvernement qui a écrasé avec une violence inédite le mouvement de contestation des Gilets Jaunes sans qu’aucune des innombrables violences policières commises n’ait été poursuivie par une justice aux ordres du pouvoir.

C’est donc ce parti et ce parlement qui prétende s’ingérer dans les affaires chinoises.

La Chine est fondée à s’intéresser à son tour à l’état des libertés publiques en France tout comme aux droits des groupes ethniques réprimés par l’Etat Français. Elle pourra alors utiliser toute son influence économique pour rappeler la France à l’ordre sur ces dossiers brûlants.

Suivre Breiz Atao sur VK en cliquant ici

 

 

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here