Loading...

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (12/08/2019) Contre-offensive de la presse d’état immigrationniste après l’affaire de viol récente aux abords d’un squat où se concentrent des migrants clandestins (lire notre article ici). Dans un long article, la télévision d’état « France 3 » tente de victimiser à outrance les centaines de colons afro-musulmans enkystés à Saint-Herblain, près de Nantes. En arrière fond : l’extrême-gauche.

France 3 Bretagne (source) :

Ils vivent là, dans des tentes…chaque jour de plus en plus nombreux. Plus de 200 migrants entassés autour du gymnase, survivent dans des conditions indignes. Le diocèse tire la sonnette d’alarme. Une situation intenable, même pour les riverains les plus bienveillants.
La situation est devenue alarmante aux abords du gymnase Jeanne Bernard à Saint-Herblain près de Nantes. Le diocèse propriétaire du site lance aujourd’hui un appel aux pouvoirs publics.
Depuis la fin du mois d’octobre plus de 200 personnes vivent là, dans des conditions indignes. Risques d’électrocution, de chute de matériaux. Le bâtiment est totalement insalubre.
« Dans l’espace interne, il n’y a plus un centimètre carré pour mettre une tente. Maintenant les gens s’installent à l’extérieur, dans les jardins qui sont autour du gymnase. Les nuisances commencent à être insupportables pour ceux qui ont une famille dont les fenêtres donnent sur ce squat, avec des bruits toute la nuit. On imagine bien ce que ça peut représenter d’avoir des enfants en bas âge soumis à des insomnies », déplore Xavier Brunier, représentant du diocèse de Nantes.
Amidou est arrivé en France, il y a 10 ans en 2009. Il ne connaît que l’errance. Paris d’abord, où il a survécu en vendant à la sauvette. Il est Nantes depuis 3 ans. Aujourd’hui il squatte là au milieu des femmes et des enfants . « Les conditions sont très difficiles. Il n’y a pas de sanitaires, c’est vraiment dégueu! Tout le monde fait ses besoins au même endroit. On essaie de tenir parce qu’on a pas le choix. pas d’autres endroits où aller. Il faut qu’on reste là jusqu’à ce que la préfecture nous loge« .
Une voisine du gymnase, qui habite là depuis plus de 40 ans, oscille entre compassion et ras le bol. « C’est quand même des nuisances…mais nous n’en voulons absolument pas à ces pauvres migrants. Moi j’en veux aux gens du collectif qui s’occupent d’eux. Ce sont eux qui sont venus forcer les portes. C’était cadenacé. Les migrants ne sont pas venus tout seuls ».
 » Il y a des gens qui vont partir en vacances. Nous sommes inquiets, parce qu’il sont déjà venus squatter dans les jardins. c’est déjà arrivé. Y a quand même des violations de domicile », ajoute-t-elle.
« On a des situations humaines difficiles des deux côtés. certains n’ont rien, d’autres un logement mais en fait personne ne vit bien. C’est très préoccupant », commente Bertrand Affilé, maire de Saint-Herblain.
« Ils ont un sentiment d’abandon des pouvoirs publics et en premier lieu de l’État. Je partage ce sentiment », ajoute le maire.
Le diocèse interpelle l’État depuis le 12 octobre dernier et réclame l’évacuation du site tout en exigeant qu’une autre solution d’hébergement soit trouvée. Mais pour l’instant, rien ne bouge.

 

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here