Loading...

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (16/08/2019) Même après des semaines, Gabriele Jandrasits, originaire d’Innsbruck, est toujours dans le pétrin.

Avant ses vacances, elle voulait commander à l’avance un taxi pour se rendre à l’aéroport – et emmener son petit chien avec elle dans une cage de transport compatible avec l’avion. Mais même si elle avait appelé la veille au soir, le bureau du radio-taxi lui a répondu qu’elle ne pouvait pas garantir le transport pour le lendemain matin. On lui a alors indiqué que la plupart des conducteurs refusaient d’emmener des chiens avec eux pour des motifs religieux.

« S’il y avait des directives claires – par exemple que certaines races de chiens ne peuvent pas être transportées dans l’habitacle, que les chiens doivent être tenus en laisse et muselés ou qu’ils doivent être transportés dans une boîte de transport – je comprendrais cela, » dit le propriétaire du chien, « mais tout cela est simplement arbitraire. »

Mme Jandrasits, qui travaille pour l’Association tyrolienne des aveugles et malvoyants, donne un autre exemple : un ancien membre du conseil d’administration de l’association – la dame est aveugle – a également commandé un taxi. En supposant que son chien-guide pour aveugle devait de toute façon être emmené avec elle, le chauffeur de taxi a refusé d’emmener le chien avec lui.

Anton Eberl et Harald Flecker, directeurs du centre de radio-taxi d’Innsbruck, s’excusent pour les incidents, offrent un bon au passager et confirment le problème : « Nous ne sommes pas nous-mêmes les propriétaires des taxis, mais seulement des intermédiaires ». Le fait est cependant qu’environ 80 % des conducteurs sont issus de l’immigration – et que les musulmans considèrent traditionnellement les chiens comme « impurs ».

« Nous essayons de faire comprendre aux chauffeurs qu’une telle chose n’est pas possible avec nous et que ces trajets doivent être effectués exactement comme toute autre commande. Pour l’instant, nous ne sommes malheureusement pas en mesure de résoudre ce problème de manière satisfaisante », déclare M. Flecker.

En outre, il y a une forte fluctuation parmi les plus de 400 conducteurs. « Nous devons les tenir informés et leur enseigner les règles. »

Flecker donne un aperçu de la pratique : « Tous les chauffeurs ont des licences de taxi qu’ils doivent utiliser pour les commandes radio. Ainsi, lorsque nous passons une commande, nous vérifions si le chauffeur transporte des animaux domestiques ou non. Bien sûr, nous n’offrons alors les voyages qu’aux chauffeurs que nous savons qu’ils effectuent. Malheureusement, nous ne pouvons pas garantir combien de temps cela prendra. »

En ce qui concerne le transport des chiens-guides aveugles et autres chiens d’assistance, cela doit être fait dans chaque cas, précisent immédiatement Eberl et Flecker.

(Source : Tiroler Tageszeitung)

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here