Loading...

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (10/09/2019) Nouvel exemple de l’impact toxique et destructeur de l’immigration non-blanche en Bretagne, en l’occurrence à Brest.

Ouest-France (source) :

Âgés de 34 ans à 61 ans, les trois prévenus exerçaient leur trafic depuis septembre 2017, entre Brest et Lampaul-Guimiliau. Ils ont été condamnés lundi 9 septembre à de nombreux mois de prison ferme. Selon les enquêteurs, ils pourraient faire partie de la « filière guyanaise » du trafic de stupéfiants.
À la suite d’un renseignement anonyme, la gendarmerie s’intéresse à Eliakim Pierre, la trentaine, originaire du Suriname, domicilié à Lampaul-Guimiliau chez une amie. L’enquête des gendarmes permet de démontrer qu’à partir du 17 septembre 2017, de nombreux rendez-vous et téléphones prépayés peuvent être reliés à un trafic de cocaïne. À partir du 20 avril 2019, Hébron Dinan sort de prison et héberge Eliakim Pierre, qu’il connaît depuis longtemps, et organise avec lui un trafic depuis son appartement brestois. Quincy Cole, condamné dix fois à Brest pour trafic, entre lui aussi dans la ronde, et négocie avec Eliakim Pierre la vente de stupéfiants. Les trois hommes sont interpellés le 17 juin 2019, et placés en détention.
Eliakim Pierre affirme avoir acheté près de 30 g de cocaïne par mois, à 25 € le gramme, pour « survivre et payer (sa) consommation personnelle », de septembre 2017 à juin 2019. Hébron Dinan indique avoir commencé la vente de cocaïne en sortant de prison, « une erreur », d’avril 2019 à juin 2019. Quincy Cole affirme lui aussi vendre des stupéfiants pour payer sa propre consommation, faite de cocaïne et d’héroïne.
« Ils ne sont pas poussés par la nécessité, mais pour se faire un maximum de fric », a déclaré le procureur, Bastien Diacono.
Eliakim Pierre a été condamné à 42 mois de prison ferme, Hébron Dinan à 18 mois. Ils sont tous les deux interdits de paraître dans le Finistère durant 5 ans. Quincy Cole a été condamné à 24 mois de prison dont 6 avec sursis mise à l’épreuve. Les trois prévenus sont maintenus en détention.

Ce week-end, une fusillade a éclaté dans l’enclave afro-musulmane de Kerourien, résultat d’une guerre de gangs ethniques pour le contrôle de la drogue sur la ville de Brest (lire ici).

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here