Loading...

BREIZATAO – ETREBROADEL (13/09/2019) Une assemblée de district à Prague a voté jeudi pour enlever une statue d’un maréchal soviétique de la Seconde Guerre mondiale et la remplacer par un mémorial plus général à la suite d’une polémique entre le président tchèque et le gouvernement russe.

La statue du maréchal Ivan Konev, à la tête des forces de l’Armée rouge qui ont occupé la majeure partie de la Tchécoslovaquie et sont entrées à Prague le 9 mai 1945, a été érigée en 1980.

Elle fait l’objet de controverses depuis la chute du communisme en 1989 en raison des efforts ultérieurs de Konev qui a joué un rôle de premier plan dans l’écrasement du soulèvement hongrois de 1956 ainsi que dans la construction du mur de Berlin en 1961.

Les historiens tchèques soulignent qu’il a participé aux opérations de reconnaissance russes précédant l’invasion de la Tchécoslovaquie par les Soviétiques en 1968. La Russie conteste son implication.

La statue a été dégradée à plusieurs reprises ces dernières années, ce qui a conduit les dirigeants du district de Prague à la recouvrir d’une bâche le mois dernier et à envisager son enlèvement.

Cela a suscité la colère des militants communistes qui ont déchiré à plusieurs reprises la bâche qui recouvrait la statue. L’ambassade de Russie a également protesté, disant que couvrir la statue était une profanation de la mémoire des soldats de l’Armée rouge tombés au combat.

« Nous considérons que la décision prise aujourd’hui… sur le transfert du monument au maréchal I.S. Konev est odieuse », a déclaré l’ambassade de Russie à Prague dans une déclaration après le vote de jeudi de l’assemblée du district Prague 6 de la capitale tchèque.

« Nous espérons qu’en dépit de la décision prise aujourd’hui par les autorités locales, le monument d’I.S. Konev restera dans son lieu historique », a déclaré l’ambassade.

Le maire de Prague 6, Ondrej Kolar, avait reçu une protection policière après des menaces de mort anonymes.

Le ministre russe de la Culture a comparé Kolar à un responsable du parti nazi sur cette question, selon l’agence russe TASS.

(Source : Reuters)

Loading...
SHARE

1 COMMENT

  1. La mairie de Prague est aux mains d’une coalition libérale-libertaire atlantiste (« parti pirate », parti civique, et liste centriste*), l’exact inverse de la Présidence de la République et du Gouvernement (‘populistes’ pro-russes bénéficiant du soutien du petit parti communiste). C’est important de le préciser.
    La RFI rapportait le mois dernier que la mairie de Prague avait « hissé le drapeau arc-en-ciel sur l’hôtel de ville » toute une semaine. Cela permet de mettre le démantèlement d’Ivan Koniev en perspective.

    * https://en.wikipedia.org/wiki/2018_Prague_municipal_election

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here