Loading...

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (18/09/2019) Si l’opinion bretonne avait besoin d’une preuve supplémentaire pour réaliser que Paris veut faire de la Bretagne une décharge du tiers-monde, la voici.

Ouest-France (source) :

Etrelles, près de Vitré, en Ille-et-Vilaine, accueille 25 migrants, évacués d’un campement dans le Nord de la France, au sein de l’ancien lycée agricole. Le bâtiment était inoccupé. Ils resteront sur place quinze jours.
Vingt-cinq migrants, évacués ce mardi 17 septembre d’un campement de Grande-Synthe, à proximité de Dunkerque (Nord), sont arrivés cet après-midi à Étrelles, près de Vitré, nous a indiqué la préfecture. « Ils sont très fatigués par le voyage. À l’heure où nous parlons, leur état de santé a été contrôlé et tous se portent bien », explique Didier Doré, le sous-préfet de l’arrondissement de Fougères-Vitré.
« L’objectif est de pouvoir les réorienter en fonction de leur statut. Certains sont demandeurs d’asile, d’autres sont des primo-arrivants, ajoute le sous-préfet. Tout le monde travaille à ce que ces personnes soient en sécurité et en bonne santé. »
Six préfectures de région, dont la Bretagne, ont été mobilisées pour accueillir 600 personnes (100 par région) issues de ce campement. « Dans ce cadre, l’Ille-et-Vilaine accueille vingt-cinq personnes au maximum pour une durée de quinze jours. Elles seront hébergées au sein de l’ancien lycée agricole, situé à Étrelles, propriété du groupe Antoine de Saint-Exupéry qui a accepté de mettre ses locaux à disposition, gracieusement », indiquent les services de l’État.
Ils ajoutent également que « l’arrondissement de Fougères-Vitré a été choisi pour sa proximité avec Rennes, où sont situés les services préfectoraux en charge du séjour, de l’asile et de l’éloignement ».
La disponibilité immédiate d’un bâtiment a ensuite conduit à choisir la commune d’Étrelles.
La maire, Marie-Christine Morice, en a été informée hier. « L’encadrement sera assuré par Coallia, opérateur désigné par la préfecture pour gérer le site. Cette association nationale d’aide et d’accompagnement social, sous convention avec le ministère de l’Intérieur, gère notamment des centres d’accueil de demandeurs d’asile partout en France », poursuit la préfecture.
« Une présence jour et nuit sera effectuée par des agents de sécurité afin de veiller à ce que ces personnes n’aient besoin de rien durant ces quinze jours », conclut le sous-préfet.

La machine à repeupler la Bretagne par la natalité débordante de l’Afrique mahométane tourne à fond : ce sont les préfectures, bras armé de la République, qui applique cette politique d’anéantissement progressive.

Le plan est connu, les effets visibles, l’évolution claire pour ceux qui ne se voilent pas – encore – la face.

Suivre BREIZ ATAO sur VK en cliquant ici

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here