Loading...

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (05/10/2019) Depuis l’attentat djihadiste commis à la Préfecture de Police de Paris, la censure de guerre mise en place par le gouvernement français avec l’aide des médias d’état a échoué à garder secrète l’infiltration du renseignement hexagonal par Mickaël Harpon.

C’est la presse anglo-saxonne qui a fourni des informations cruciales de nature à réduire à néant les effets de la désinformation gouvernementale. Dernière information en date : Harpon était en lien avec un groupe djihadiste.

The Daily Mail (source) :

Le policier civil français qui a assassiné quatre collègues avec un couteau était lié à une organisation terroriste islamisteradicale.
Michael Harpon, 45 ans, a été tué par balle jeudi après-midi à l’intérieur de la Préfecture de police historique de Paris, à côté de la cathédrale Notre-Dame.
Son épouse, Iham, a été arrêtée peu de temps après et a dit aux détectives que Harpon avait  » entendu des voix  » et était  » incohérent et avait souffert d’une attaque de démence  » la veille au soir.
Aujourd’hui, à la suite d’une descente dans l’appartement du couple dans la banlieue parisienne de Gonesse, les procureurs antiterroristes de la capitale française ont ouvert une enquête pour « assassinat d’un fonctionnaire en relation avec une entreprise terroriste, tentative d’assassinat d’un fonctionnaire en relation avec une entreprise terroriste, et complot en terrorisme ».
Des enregistrements informatiques et des interceptions téléphoniques ont relié Harpon à un  » groupe islamiste radical  » comme ISIS d’Al-Qaïda, selon une source proche de l’affaire.

Un nouvel exemple du contrôle de l’Etat Français sur les médias.

Loading...
SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here