Loading...

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (27/02/2020) A Rennes, la municipalité socialiste dirigée par Nathalie Appéré courtise avec assiduité l’extrême-gauche pro-migrants. Elle a mis à disposition des organisations marxistes un manoir pour des dizaines de clandestins afro-musulmans.

Ouest-France (source) :

Ils sont une soixantaine de migrants, la plupart venant du squat des Veyetttes, à avoir investi, jeudi 20 février 2020, une grande maison au 221, avenue du Général-Leclerc, près du centre hospitalier Guillaume-Régnier. Une action soutenue par de nombreuses associations d’aide aux migrants dont Un toit c’est un droit ou encore Utopia [extrême-gauche, NDLR]. Ce bâtiment, inoccupé, disposant d’une vingtaine de chambres sur trois niveaux, appartient aujourd’hui à la Ville de Rennes. Il fait l’objet d’une convention d’occupation, jusqu’en décembre 2020, avec le centre Guillaume-Régnier qui en était l’ancien propriétaire.
« Nous avons rencontré, mardi midi, les représentants de différents collectifs », explique Frédéric Bourcier, adjoint au maire chargé de la solidarité. « Nous nous sommes engagés à demander au centre Guillaume-Régnier de ne pas demander l’évacuation du lieu. Sachant que la convention d’occupation pourrait être annulée avant son terme. Nous avons aussi demandé à ce que les fluides, eau et électricité, soient rétablis. »
L’eau a effectivement été remise en service mercredi, mais l’alimentation électrique risque de poser quelques problèmes. Le bâtiment n’est plus relié au réseau, précise Frédéric Bourcier. Il faudrait qu’on le raccorde de nouveau et que l’on s’assure que l’électricité soit aux normes. Ce qui ne semble pas être le cas. Cette opération pourrait prendre plusieurs semaines voire plusieurs mois. La question du montant des travaux de remise aux normes à entreprendre se pose aussi.

La tiers-mondisation de Roazhon (Rennes) se poursuit.

Loading...