Loading...

BREIZATAO – KOMZOU DIEUB (27/06/2020) Padrig Montauzier, vétéran du Front de Libération de la Bretagne (FLB) et ancien président-fondateur du mouvement indépendantiste Adsav! fait valoir son point de vue suite aux récents épisodes d’iconoclasme et de vandalisme révolutionnaires qui ont été observés en Occident.

« Trevadennerezh ! Il n’est pas question de mêler notre voix à celle des extra-européens et autres idiots utiles qui, en ce moment, s’acharnent à déboulonner les statues un peu partout en Europe, déclare l’ancien activiste breton et actuel rédacteur en chef de la revue indépendantiste War Raok!. Nous, hommes et femmes de Bretagne pouvons également agir de la sorte, mettre à bas les statues représentant les grandes figures du colonialisme français, débaptiser aussi toutes les rues, avenues et boulevards des ces hommes politiques français qui se sont acharnés à détruire notre culture, notre identité…. et nous ont privé de nos droits de peuple. Notre revendication est bien réelle et fondée… l’histoire en témoigne » poursuit-il avant de citer des monuments érigés par le régime français en Bretagne pour humilier le peuple breton.

« La statue choisie est celle du général français Lazare Hoche à Quiberon (Mor-bihan). Ce général et ses soldats se sont rendus coupables des pires exactions, même les plus honteuses, contre la chouannerie bretonne. Elle échappa à un attentat du mouvement clandestin indépendantiste breton F.L.B ( Front de Libération de la Bretagne le 23 février 1972). Keit a ma vo Brezhoned en o sav, Breizh a vevo. Bevet Breizh dizalc’h. (Tant qu’il y aura des Bretons debout, la Bretagne vivra. Vive l’indépendance) » conclut Padrig Montauzier dans son adresse parue sur Facebook.

Comment ne pas rejoindre Padrig Montauzier dans son analyse ? Surtout, les précédents existent désormais en Bretagne. La rue Youenn Drezen de Pont l’Abbé a été débaptisée sur ordre d’un maire ennemi déclaré de la Bretagne bretonne et lié aux brigands du Parti Communiste (voir ici). Mais les initiateurs de cette provocation n’ont pas mesuré que cela pouvait faire des émules de tous bords et pas uniquement du leur. Des activistes noirs exigent désormais le démantèlement des statues de Charles De Gaulle, figure éminente du colonialisme français.

Les bandits du résistantialisme ne sont pas les seuls à vandaliser l’espace public breton. En Bretagne, de ce côté-là, il pourrait y avoir des surprises.

Suivre Breiz Atao sur VK

Loading...