Loading...

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (25/07/2020) L’enquête ouverte après l’incendie de la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes rebondit. Une semaine après les faits, un homme est présenté ce samedi 25 juillet à un juge d’instruction au palais de justice de Nantes pour être mis en examen pour dégradation et destruction par incendie de bien immobilier. Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, requiert son placement en détention provisoire.

Cet homme n’est pas inconnu de l’antenne de police judiciaire de Nantes. Et pour cause : il s’agit du bénévole du diocèse interpellé dans un foyer à Nantes, samedi 18 juillet, alors que les braises étaient encore chaudes dans la nef de la cathédrale et que trois feux distincts avaient ravagé le grand orgue et la verrière de l’édifice.

Ce servant d’autel âgé de 39 ans travaille bénévolement pour le diocèse depuis quatre ou cinq ans, selon le recteur Hubert Champenois. Il était chargé de la fermeture de l’édifice vendredi 17 juillet, la veille du sinistre. Le week-end dernier, il avait été interrogé dans le cadre d’une enquête ouverte pour incendie volontaire, pendant de longues heures, sous le régime de la garde à vue. Les enquêteurs cherchaient alors à vérifier son emploi du temps. Il avait finalement été libéré dimanche 19 juillet, après 22 h, les points de contradictions apparus dans le récit de sa soirée ayant été éclaircis.

Nous avons depuis estimé qu’il était nécessaire de l’interroger sur des points complémentaires, indique Pierre Sennès, le procureur de la République de Nantes, à Presse Océan. Le trentenaire de nationalité rwandaise a donc à nouveau été interpellé ce samedi 25 juillet à 6 h 10 dans son foyer à Nantes et placé en garde à vue.

« Les premiers résultats du laboratoire de la préfecture de police de Paris nous amènent à privilégier l’acte criminel« , confie ce samedi soir Pierre Sennès à Presse Océan. « Cette personne a été placée en garde à vue à la suite des développements de l’enquête et des constatations de police technique et scientifique », poursuit-il, sans vouloir en dévoiler davantage.

Le suspect ne reconnaît pas les faits qui lui sont reprochés, selon Pierre Sennès. Le trentenaire n’a pas d’antécédent judiciaire.

(Source : Ouest-France)

Loading...