Loading...

BREIZATAO – POLITIKEREZH (20/11/2020) La « Libre Pensée, organisation d’extrême-gauche hexagonale d’obédience trotskiste, a obtenu la démolition d’un calvaire dans une commune bretonne au nom de l’interprétation radicale du concept français de « laïcité ». Se cache derrière cette agitation une proximité de plus en plus grande de l’organisation communiste avec les islamistes. Explications.

France 3 Bretagne (source) :

Pierre Allory, président de l’Association pour la Conservation du Patrimoine de Plorec-sur-Arguenon est le premier concerné par cette décision. C’est son association qui avait décidé de prendre soin de ce calvaire en 2017 en le restaurant à ses frais. A l’époque, toutes les autorisations nécessaires avaient été sollicitées: celle du département, propriétaire du bord de route sur lequel était construit l’édifice religieux, Dinan agglomération, tout comme la mairie de la commune. A l’époque, personne ne s’y était opposé. « Nous n’aurions jamais démarré le chantier si on avait su qu’on serait attaqué. Nous avions confiance dans notre administration. Nous étions en règle. »
En octobre 2018, le chantier est achevé et inauguré. Deux autres petits calvaires ont rejoint le plus grand dont le socle a été restauré et un petit jardin cloturé achève l’ensemble. « Nous n’avons jamais pensé être attaqué, puisque nous pensions être dans notre bon droit. » précise le président très surpris par la décision de justice, incrédule même.
Le maire Daniel Fouéré refuse lui de commenter cette décision de justice mais exprime malgré tout ses regrets. « C’est fort dommage, ce calvaire contribuait à l’embellissement de l’entrée de notre commune. »
Les libres penseurs à l’origine du recours, pleinement satisfaits
Un calvaire qui embellit certes, mais qui est situé sur un terrain départemental. Or la loi de 1905, loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, interdit de bâtir des édifices ou emblèmes religieux sur le domaine public. Et c’est cet argument qu’a justement developpé le président de la fédération départementale de la Libre Pensée, alerté par un habitant de la commune. Cette association qui défend notamment la laïcité a saisi la justice. « On s’était habitué à ce calvaire mais il y a eu une volonté cléricale de le rendre plus visible, j’avais contacté le maire qui m’avait précisé que toutes les autorisations avaient été obtenues. Donc nous avons décidé d’attaquer car la loi de 1905 dans son article 28 est très claire » précise François Le Pivert.
Et le tribunal administratif lui a donné raison et exige le démontage de ce calvaire. « Nous sommes pleinement satisfaits. Comme l’écrit un membre de notre association: quand un tribunal obéit aux lois de la République, ça met du baume au coeur. Puisque nous sommes dans le droit, cela doit nous inciter à ne pas lâcher ce genre d’affaires. »
Mais alors comment expliquer qu’en 1946, ce calvaire ait pu être installé à cet endroit. Pierre Allory a une explication: « A l’époque, le calvaire avait été construit au bout du champ d’un agriculteur, sur un terrain privé alors. Avec le remembrement, les collectivités ont préempté des surfaces pour aménager les routes. Ce bout de parcelle est devenu départemental. »

Ce purisme de l’organisation trotsko-lambertiste dans les Côtes d’Armor, quoique désuet dans une Bretagne totalement  déchristianisée, n’est pas sans interpeller.

François Le Pivert (au centre) chef de file de la Libre Pensée dans les Côtes d’Armor 

En effet, si la Libre Pensée fait preuve d’une virulente orthodoxie à propos de calvaires devenus très largement patrimoniaux aujourd’hui, il n’en va de même de ses rapports à l’islam militant.

En octobre dernier, lorsque le gouvernement français annonçait la dissolution de plusieurs associations islamiques radicales liées aux Frères Musulmans comme le CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France), on a retrouvé la Fédération Nationale de la Libre Pensée engagée aux côtés des facilitateurs des islamistes.

Plus particulièrement en soutenant l’Observatoire de la Laïcité qui, comme son nom ne l’indique pas, est proche des intégristes musulmans.

Il ne s’agit pas d’un errement mais d’une orientation idéologique consciente qui parachève la transformation d’une association promouvant jadis l’athéisme. Désormais, la Libre Pensée est rigoureusement orientée sur une ligne pro-islamisme.

Par exemple, la section de la Libre Pensée de Provence Alpes Côtes d’Azur donne une définition originale de l’islamisme sur son site (source) :

On pourrait gloser à souhait sur « islamisme radical, islamistes-terroristes », mais « islamisme », il s’agit bien de la religion et de ses adeptes. L’Islamisme est aux musulmans, ce que le Catholicisme est aux partisans du Vatican, le protestantisme aux adeptes de Luther et de Calvin, le Judaïsme aux héritiers de Moïse et le Bouddhisme à Bouddha. Il s’agit bien alors d’une discrimination raciste quand est distingué l’Islam des autres religions.

Cette défense passionnée de l’islam et cet attrait soudain de la Libre Pensée pour le fait religieux ne doivent rien au hasard. Cette organisation est bien trop organisée et disciplinée, formée en cela dans les sections du trotskisme international, pour être le fruit d’une erreur. Une conclusion s’impose : consigne a été donnée de défendre l’islamisme par tous les canaux de l’organisation.

C’est dans ce contexte de soutien total à l’islamisme que la Libre Pensée redouble d’activisme contre le patrimoine breton, même lorsqu’il remonte à la moitié du siècle précédent.

La Laïcité, on le voit, n’est ici que le voile de l’intégrisme religieux et du cynisme de l’extrême-gauche. Avec des conséquences mortelles pour les populations bretonnes désormais menacées par le terrorisme islamique.

 

Loading...