Loading...

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (11/02/2021) Nouvel exemple des conséquences de la tiers-mondisation ethnique orchestrée par l’Etat Français en Bretagne. Cette fois-ci dans l’enclave islamo-africaine de Bois-du-Château, à Lorient.

Le Figaro :

On le surnommait «Balou». Ikibalou, 7 ans, originaire de Mayotte, est décédé dimanche 7 février à son domicile, dans le quartier de Bois-du-Château, à Lorient, dans le Morbihan. La mère de la jeune victime a été mise en examen et placée en détention provisoire pour meurtre «sur mineur de 15 ans» ce mercredi 10 février, a indiqué le parquet de Lorient dans un communiqué transmis au Figaro dans la soirée.
Dimanche dernier, les secours et les forces de l’ordre sont intervenus dans un appartement de la rue Gabriel Fauré à Lorient, pour porter assistance au jeune garçon, âgé de 7 ans et demi, qui est décédé malgré la prise en charge médicale.
Pendant plusieurs jours, de nombreuses rumeurs ont circulé dans le quartier de Bois-du-Château quant à l’origine du décès de l’enfant. «Les premiers témoignages recueillis évoquaient une bagarre dans laquelle l’enfant aurait été impliqué la veille de son décès. Toutefois, à ce stade des investigations, le rôle causal de cet évènement dans le décès du jeune garçon semble désormais exclu», a indiqué Stéphane Kellenberger, le procureur de la République de Lorient.
«Dans l’immeuble tout le monde parle du drame et on est tous choqués», a confié ce mercredi au Figaro une voisine. Et une autre résidante d’ajouter : «Je suis effondrée par ce drame, c’est un petit garçon que je croisais parfois en allant promener mon chien».
Une autopsie médico-légale, requise par le parquet, a été pratiquée mardi. «Les premières conclusions, qui devront être confirmées par des analyses et expertises complémentaires, indiquent que la mort de l’enfant est a priori survenue des suites d’une asphyxie modérée», a expliqué le procureur de Lorient.
Toujours selon le magistrat, «l’enquête diligentée par la Sûreté départementale du commissariat de Lorient a permis d’établir que le jour des faits, une altercation avait éclaté entre l’enfant et sa mère à l’intérieur de l’appartement familial». D’autres éléments de l’enquête laissent aussi entendre que la mère de famille, une femme célibataire de 41 ans et particulièrement isolée, «rencontrait des difficultés dans la prise en charge de ses trois jeunes enfants, et notamment de la victime». Une intervention socio-éducative venait d’ailleurs de débuter au profit de cette famille.
Le jour des faits, le jeune Ikibalou – qui avait déjà fugué à plusieurs reprises auparavant – a quitté l’appartement familial sans autorisation et ne l’a regagné qu’après plusieurs heures. À son retour, cette dernière aurait exigé qu’il se lave, ce qu’il aurait refusé, selon plusieurs témoignages. Les investigations établissent que la mère de famille lui aurait alors «ligoté les mains et les pieds et lui aurait placé un bâillon dans la bouche, avant de le traîner dans la salle de bains». C’est possiblement ce bâillon qui aurait entraîné la mort de l’enfant.
Placée en garde à vue du chef «d’homicide volontaire sur mineur de 15 ans», la mise en cause a reconnu avoir bâillonné son fils mais a contesté avoir agi dans le cadre d’une punition. Ikibalou était en pleine crise selon sa mère, et elle aurait été contrainte de l’immobiliser pour parvenir à le laver. Le bâillon aurait été, toujours selon ses explications, une manière de prévenir une crise d’épilepsie.
Au regard des nombreuses investigations restant à effectuer pour éclaircir les circonstances de ce décès, le parquet de Lorient a requis ce mercredi l’ouverture d’information du chef de meurtre sur mineur de 15 ans. La mère de famille, présentée en juge d’instruction, a été mise en examen et placée en détention provisoire.
À l’école du petit garçon, une cellule d’écoute a été ouverte. Les parents d’élèves avaient aussi ouvert une cagnotte pour la mère, avant d’apprendre, choqués, que cette dernière avait été mise en garde à vue.
Contacté par Le Figaro, le maire de la ville de Lorient, Fabrice Loher, a indiqué qu’il se rendra au sein de l’établissement où était scolarisé le petit Ikibalou le jeudi 11 février, déplorant «un drame affreux qui affecte toute la communauté scolaire, le quartier et, au-delà, la population».

Une nouvelle fois le bilan de la politique raciale française parle de lui-même : deux colons afro-musulmans seront nourris, blanchis et logés aux frais des contribuables bretons tandis que la mère mahoraise, comme de juste abandonnée par le ou les géniteurs, sera également détenue pour des années en Bretagne pour une somme mirobolante qui sera ponctionnée sur les travailleurs bretons.

Dans cette affaire, la disparition d’une bouche à nourrir inutile importée d’Afrique par la république française est la seule bonne nouvelle dans ce désastre racial planifié par Paris.

 

I am truly glad that I have quit smoking but in hindsight I would have tried every available option before taking Champix. cialis price malaysia I also have friends who have tried it and it has not worked for them at all other than for a short time they took the tablets so there are no guarantees.

Loading...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here