Loading...

BREIZATAO – POLITIKEREZH (17/04/2021) La colonisation de la Bretagne atteint des records, faisant flamber les prix de l’immobilier. Les jeunes Bretons de plus en plus rapidement évincés de l’accès à la propriété. Sur le littoral, plus de 30% des achats sont le faits d’étrangers.

Actu.fr (source) :

Accélérée par les confinements répétés, la pression immobilière n’a jamais été aussi forte en Bretagne avec une demande largement supérieure à l’offre de biens, entraînant une flambée historique des prix, notamment sur le littoral et pour les maisons avec jardin.
Pour l’ensemble de la Bretagne (Côtes d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Morbihan et Loire-Atlantique), le prix médian d’un bien se situe à 190000 euros pour une maison ancienne, soit une hausse de 8,6% en seulement un an, 18,8% en cinq ans et plus de 15% sur les dix dernières années.
Ce prix médian pour une maison ancienne se situe à 159000 euros dans le Finistère (+6% en un an) contre 245500 en Loire-Atlantique (+9,1%) tandis que les Côtes d’Armor demeurent le département le moins onéreux : 145000 euros (+7,4%).
Très prisé, le littoral n’échappe bien évidemment pas à cette flambée des prix. D’autant que cette pression est décuplée par l’appétit des acquéreurs extérieurs à la Bretagne qui représentent pas moins d’un tiers des acheteurs contre 1/5ème pour l’ensemble des transactions effectuées en Bretagne en 2020.

Sauf un statut de résidence permettant de réserver l’accès prioritaire de la propriété aux Bretons, la spéculation continuera de détruire les côtes bretonnes en les transformant en vastes zones résidentielles secondaires actives deux ou trois semaines par an.

Loading...