Loading...

BREIZATAO – POLITIKEREZH (18/06/2021) Le gouvernement bouddhiste du Sri Lanka mène une politique de reconquête face aux extrémistes musulmans, poussant nombre de partisans du djihad global à rejoindre la France pour continuer leurs activités.

A Fougères, l’extrême-gauche soutenue par les médias locaux exigent l’implantation d’islamistes de ce pays.

Actu.fr (source) :

L’association Bienvenue de Fougères, le Secours populaire, des enseignants et parents d’élèves de l’école de la Forairie et d’autres soutiens se mobilisent pour venir en aide à une famille originaire du Sri Lanka se retrouvant sans solution d’hébergement.
Mohammed Haleem Mohammed Imam, son épouse Mohamed Haleemdeen Fathima Rinosa, leur fils et leurs deux filles sont arrivés en France en septembre 2019. Leur aîné est scolarisé au collège Gandhi, leurs deux filles à l’école de la Forairie. Le couple attend un quatrième enfant.
La prise en charge des demandeurs d’asile revient à l’État. Après son arrivée, la famille est passée au guichet unique pour demandeur d’asile (GUDA) le 11 septembre 2019.
Elle a été orientée au centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) de Fougères le mois suivant. L’association Bienvenue retrace :
« La famille a reçu une réponse négative le 11 mars 2020 de l’OFPRA. Ils ont ensuite fait un recours auprès de la CNDA et ont reçu une réponse négative début 2021. Ils ont ensuite fait un recours de ce rejet le 8 mars 2021. La réponse est également négative. La famille est sortie du dispositif CADA et n’a pas de titre de séjour ».
Les bénévoles de l’association et des enseignants ont entrepris des démarches d’urgence pour trouver une solution d’hébergement. L’association a également sollicité le Conseil départemental au titre de la protection de l’enfance, le PAO, l’APE2A et la Ville de Fougères.

La clique politique locale soutient les islamistes.

Contacté, Eric Besson, premier adjoint de Fougères, indique qu’un échange doit avoir lieu entre le maire et le sous-préfet sur ce dossier.
« On interroge l’État mais on n’a pas de retour pour l’instant ».
Pour sa part Elsa Lafaye, conseillère municipale d’opposition et soutien de la famille, regrette :
« C’est une situation assez insupportable et inacceptable. L’État et la Ville se renvoient les compétences. C’est une compétence de la Ville de ne pas laisser dormir des familles dehors. La préfecture se repose sur les associations. S’il n’y avait pas ces associations, il y aurait des gens qui dormiraient dehors. Ce n’est pas possible à Fougères en 2021 ».

Les marxistes du « Secours Populaire » sont entrés dans la danse en appui aux colons islamistes.

« La ville de Fougères pourrait intervenir », estime Yannick Tual, secrétaire général du comité Fougerais du Secours Populaire. « Il faut que l’État alloue des moyens nécessaires à un accueil digne des populations migrantes pour ne pas assister à ce jeu de ping-pong entre l’État et la Ville », ajoute André Robinard.
Quant à la famille sri lankaise, elle a déposé un troisième recours le 2 juin dernier et attend la décision. « C’est une situation très difficile, on est très tristes », souffle le papa, saluant la mobilisation des soutiens qui envisagent un autre mode d’action et peut-être de solliciter les communes environnantes de Fougères.

Les noms de la bande ont été transmis par BREIZ ATAO aux autorités bouddhistes sri-lankaises avec lesquelles BREIZ ATAO est en relations depuis déjà un certain temps. Si la vermine marxiste fait la loi sur le territoire breton, tel n’est pas le cas ailleurs.

Pour faire connaître votre avis aux autorités préfectorales :

[email protected]

 

Loading...