Loading...

BREIZATAO – POLITIKEREZH (05/07/2021) Avec les marxistes, nous ne serons jamais surpris, ni déçus. Nous pouvons toujours compter sur eux pour souiller les parts les plus nobles de notre héritage, ou celles qui font le plus consensus.

L’Union Démocratique Bretonne, dont 4 membres ont été élus au sein d’une coalition avec les écolo-marxistes d’EELV lors des dernières élections régionales, ont tenu à nous rappeler cette vérité lors de l’intronisation des nouveaux membres du conseil dit « régional » de Bretagne.

C’est Nil Caouissin qui n’a pas pu réprimer l’envie de cracher sur l’hymne national breton sur un mode fielleux dont la racaille de gauche a le secret.

Nil Caouissin est une des larves les plus repoussantes du spectre politique breton.

De quel verset s’offusque ce sous-homme ?

Est-ce celui-ci, du fait d’une virilité manquant cruellement à cette lope ?

Nous Bretons de cœur, nous aimons notre vrai pays ! L’Arvor est renommée à travers le monde. Sans peur au cœur de la guerre, nos ancêtres si bons versèrent leur sang pour elle.

Ou celui-là, trop barrésiste, pour l’admirateur des arabes ?

O Bretagne, mon pays, que j’aime mon pays tant que la mer sera comme un mur autour d’elle. Sois libre, mon pays ! Bretagne, terre des vieux Saints, terre des Bardes, il n’est d’autre pays au monde que j’aime autant ; Chaque montagne, chaque vallée est chère dans mon cœur. En eux dorment plus d’un Breton héroïque ! 

Caouissin, cette serpillère à métèques, a à cœur d’être l’équivalent de la vaginette des taulards maghrébins, éponge à foutre de tout ce qui peut ressembler à un colon afro-oriental fraîchement débarqué en Bretagne, de près (de préférence) ou de loin (à défaut de mieux). On l’a vu se rendre dans les zones les plus ethniquement sinistrées de Rennes y sortir sa plus belle langue pour lécher le cul de turcs, d’arabes et de noirs patibulaires en échange de quelques « voix ». Avec le succès qu’on imagine, les allogènes ayant un sens aigu de leur dignité, eux.

A défaut de susciter l’enthousiasme des masses bretonnes, reste à l’UDB, repaire de la pire vérole gauchiste franco-compatible, le projet de les faire submerger par la plus basse humanité du globe.

C’est probablement dans l’abject que l’on reconnaît le mieux la mégalomanie de la gauche. Elle n’a, en ce domaine, aucune espèce de limite.

Loading...